Luc Hippolyte DOSSA

Cette situation n’est pas seulement propre au Bénin mais d’autres pays d'Afrique sont également concernés.

Luc Hippolyte DOSSA, Maître de conférences Zootechnie et Systèmes Agraires à l’Université d’Abomey Calavi du Bénin pense que cette situation s’explique par la non-compétitivité des produits de l’élevage sur le marché local.

"Quand tu produits les œufs de table au Bénin que tu es obligé de vendre à 75 franc l’unité pour rentabiliser alors que le même œuf en provenance du Nigéria est livré à 50 franc pour le consommateur, le choix est clair" lâche-t-il.

Dans son entendement, c’est parce que les produits importés sont moins chers que tout le monde y va.

Selon lui, le plus grand défi pour les producteurs Béninois aujourd’hui, c’est l’acquisition des matières premières pour pouvoir réduire les coûts de production afin de rendre ces élevages-là beaucoup plus compétitifs.

"Il y a beaucoup de gens qui investissent maintenant dans l’élevage mais, ils ont besoin d’être soutenus par des décisions politiques pour pouvoir leur faciliter l’accès au marché et des subventions pour l’alimentation des volailles", plaide-t-il.

Le maître de conférences suggère également aux gouvernants de mettre en place des dispositifs pour taxer davantage les produits importés.

 "Je pense qu’avec ces deux mesures, on donnera plus d’opportunités aux producteurs nationaux de se positionner sur le marché. Et si le consommateur devait choisir entre un produit local dont il a la traçabilité et un produit importé dont il n’a pas forcément la traçabilité, il n’hésitera pas à consommer local", confie-t-il à agridigitale.

Mots-clés :

4 Contribution(s)

  1. EZIOU Elisé Spéro say:

    C'est une très bonne analyse. Au lieu de taxer les forfaits internet et les forfaits appels, allez taxer les produits congelés importés pour pouvoir créer d'enplosi dans le Pays.

    13/10/2018 11:26:25
  2. EZIOU Elisé Spéro say:

    C'est une très bonne analyse du professeur. Il faut que le gouvernement et son entourage taxe d'avantage les congelés importés jusqu'a ramené le prix du KG d'un produit congelé ( le prix du poulet congelé par exemple) á 2500f par exemple se qui est l'équivalence du prix d'un poulet produit localement ici. Ainsi tout consommateur aura comme preférence le poulet complet produit ici.

    13/10/2018 11:16:31
  3. Cossi Maurice Ahozonlin say:

    C'est une très bonne analyse du professeur. Il faut une politique interventionniste de l'Etat dans ce sous secteur d'activité. La politique de la "main invisible ", un véritable mécanisme autorégulateur du marché, a montré ces limites

    12/10/2018 13:55:20
  4. Sika sylvie say:

    Je partage vraiment l'avis du Professeur. Très belle analyse.

    12/10/2018 01:59:40

Votre avis