Dr Patrice KOUAME

Ce nouveau plan stratégique portant sur la période 2018-2022 adopté en mai 2018 à Lomé par les ministres des Affaires étrangères des Etats membres du Conseil de l'Entente (CE) priorise les activités génératrices de revenus au sein de l’espace.

"Nous mettons l’accent sur les femmes et les jeunes. Et parmi les secteurs qui seront abordés il y a forcément l'agriculture. Avant de se lancer, il faut une étude sérieuse nous permettant d'intervenir de manière efficace", a confié lundi Dr. Patrice KOUAME, Secrétaire Exécutif du Conseil de l’Entente à l’ouverture d’une réunion des experts du conseil à Lomé.

En clair, précise –t-il, "le conseil est au stade de la réflexion pour commanditer une étude approfondie lui permettant de tenir compte des différents éléments visant à mettre au point une stratégie touchant le secteur de l’agriculture".

"Dans l'ancien système avant la réforme, il y avait déjà un programme de développement rural qui contenait les programmes vivriers, de forage, d'eau potable, d'élevage...mais tout n’avait pas bien réussi", a fait savoir Dr KOUAME.

L’acte constitutif du Conseil de l’Entente remonte au 29 mai 1959 et c’est à Abidjan en Côte d’Ivoire que cela avait été signé.

Les potentialités agricoles et animales des 5 pays membres sont immenses. C’est un espace riche en culture du café, cacao, coton, palmier à huile, hévéa, noix de cajou, banane, ananas, cultures vivrières, etc.

A cela s’ajoutent l’élevage de bovins, ovins, caprins, volaille, etc. Toute bonne stratégie agricole pertinente aura toutes les chances de réussir.

Votre avis