Aude Sauvaget, représentant d’EDFI-AgriFi.

En prélude du Forum économique Togo-UE (FETUE) qui s'ouvre dans exactement 24h avec pour objectif principal d'augmenter les échanges commerciaux entre le Togo et l’Union Européenne, une rencontre d’échanges se tient ce mercredi à Lomé.

Les discussions portent sur les conditions d’exportation des produits agricoles et agro-alimentaires sur le marché européen. 

Lire aussi : Togo : une destination à recommander aux investisseurs

"Les thèmes qui seront abordés, entre autres les exigences applicables à l’exportation des produits agricoles et agroalimentaires vers le marché de l’Union Européenne, le développement durable dans un système de mesures sanitaires et phytosanitaire exigeant, l’instrument de blending EDFI-AgriFi financé par l’Union Européenne permettront de soutenir le développement de sociétés privées dont les modèles commerciaux misent sur des pratiques agricoles/ agroindustrielles  durables et inclusives, avec un impact positif pour les petits producteurs", espère Noël Koutéra BATAKA, Ministre togolais en charge de l’agriculture.

Vincent VIRE de la délégation de l'UE au Togo

"Plusieurs spécialistes Européens de la question vont expliquer aux producteurs togolais, les normes en vigueur et comment essayer d’adapter leurs produits pour être sûr qu’ils puissent être exportés en Europe", justifie Vincent Vire, chef intérim de la délégation de l’Union Européenne au Togo.

La démarche se révèle être une très belle opportunité pour les agripreneurs togolais qui n’ont pas les informations sur ces normes existantes, un handicap pour accéder aux marchés européens.

Lire aussi : La qualité n’a pas de prix pour Kpakpo

"Depuis longtemps, nous entendons que nos produits soient exportés mais nous ne maitrisons pas vraiment les normes et souvent, ça fait des manques à gagner pour nous. Nous espérons qu’à partir d’aujourd’hui et grâce à cette rencontre, nous parviendrons à nous insérer dans la logique des normes et qualités selon les exigences du marché Européen pour être mieux compétitive", signale Adjemini Koriko, président de la fédération nationale des coopératives productrices d’Anacarde (FNCPA).

EDFI-AgriFi accompagne les entreprises à l’échelle

Outre les conditions d’exportation des produits agricoles et agro-alimentaires sur le marché européen, les participants ont pris connaissance de l’instrument de blending EDFI-AgriFi, financé par l’Union Européenne et destiné aux entreprises du secteur privé et qui interviennent sur les chaînes de valeur agricoles et qui prend en compte les petits producteurs.

Il fournit des appuis financiers compris entre 1.000.000 et 5.000.000 d’Euro sous formes de prêts et de prise de participation.

Lire aussi : Que pense Emmanuel Macron de l’agriculture africaine ?

"Nous sommes ici pour rencontrer des agripreneurs désireux de développer leurs activités. Ces sociétés peuvent nous contacter en présentant leur business plan, leur modèle de financement. Nous ne finançons jamais plus de 50% du projet parce que l’idée c’est d’appuyer une solution de financement intermédiaire et puis de sortir et attirer d’autres investisseurs pour permettre à la société de se développer", détaille Aude Sauvaget, représentant d’EDFI-AgriFi.

Les entreprises éligibles à cet instrument sont en général celles qui sont dans la logique chaîne de valeur, création de valeur ajoutée travaillant avec les petits producteurs et transformant les produits pour les vendre plus chers.

------------

ANANI E.

 

Mots-clés :

Votre avis