Pour l’essentiel, depuis 2008 où la stratégie est adoptée par le Togo, la production de riz a augmenté de 64,09% en moins de 10 ans (2008 et 2017).

L’objectif de départ était  d’accroître de 17% la production de Paddy en s'appuyant sur les quatre domaines à savoir les semences, les engrais, les meilleures technologies, post récolte et commercialisation.

"Grâce à la mise en œuvre de cette stratégie, la filière riz a enregistré un meilleur taux de couverture des besoins passant de 85.637 tonnes à 140.519 tonnes entre 2008 et 2017, soit un taux d'accroissement de 64,09% en 10 ans soir un taux d'accroissement moyen annuel de 6,4%", a indiqué Ramilison Harifidy, représentant de la CARD au Togo.

Pour obtenir ces résultats, l’accent a été mis sur le renforcement des capacités des acteurs locaux et exploitants agricoles ; la production, la transformation et la commercialisation du riz en travaillant sur les aspects liés à l'organisation de la filière semencière ; la diffusion des variétés adaptées à la riziculture pluviale dont les NERICA ; la mise à disposition des intrants ; la facilitation de l'accès des producteurs aux crédits et au marché.

Malgré ces résultats satisfaisants, des efforts restent à faire pour une performance optimale de la filière de riz au Togo.

M. Harifidy suggère de revoir l’épineux problème lié au changement climatique, à la compétitivité, la gestion de l'eau et du foncier.

Les perspectives du Togo sont très bonnes en matière de la promotion de la filière riz et le pays a confirmé sa volonté à participer à la deuxième phase de la Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique (CARD), a-t-il souligné.

Les partenaires tels la Banque Mondiale, le FIDA, JICA, BAD et la FAO accompagnent la réalisation de ce projet dont l’ambition pour les 10 prochaines années est de booster la filière riz au Togo.

Une assise s’est ouverte mardi à Lomé et s’achève vendredi consacrée à l’actualisation de la stratégie nationale de développement de la riziculture au Togo.

Mots-clés :

Votre avis