Naka Gnassingbé

"En termes de garantie, une cinquantaine d’entreprises ont été bénéficiaires pour un montant total de 1,1 milliard. Quant en ce qui concerne les femmes la plupart se retrouvant dans l’informel, l’agence malgré ses exigences s’est décidée de financer 2 PME/PMI de femmes par an à hauteur de 20 millions de F cfa. Aussi, ouvre-t-elle les vannes à cette couche de vulnérables qui peuvent aussi passer par les lignes de crédits grâce aux partenaires qui en assurent la rétrocession", indique Naka Gnassingbé, Directrice de l’ANPGF lors de la semaine de l’inclusion financière tenue récemment à Lomé.

Pour les services non financiers, elle ajoute que "8 000 entreprises ont été accompagnées en renforcement de capacités et des formations ciblées visant à inculquer aux entreprises, les comportements qui aboutissent à la réussite".

Pas facile d’inclure les exclus

L’agence Nationale de Promotion de Garantie et de Financement des PME/PMI (ANPGF) est confrontée à des difficultés qui s’avèrent être des réalités du terrain.

Pour ses cibles qui s’avèrent être vulnérables en terme d’accès aux services financiers, on assiste à un manque d’organisation, des difficultés de mobilisation des apports personnels, de garanties quand bien même qu’elle est allégée par l’agence, et des détournements de crédits de leur objet.

Face à ces difficultés, des stratégies sont trouvées pour contourner la plupart d’entre elles.

Lire aussi : L’ANPGF ne joue pas avec la qualité

L’instauration des mécanismes de  paiement direct et les décaissements de façon successive en sont quelques-unes des stratégies. Les perspectives sont aussi prometteuses.

"Nous prévoyons mettre en place, une provanderie moderne, un centre de démonstration et de transfert de technologie et un centre de renforcement de capacité pour les PME/PMI. Ces perspectives sont des solutions d’utilité extrême aussi bien pour les poulains de l’ANPGF que les futurs bénéficiaires des services de l’agence", informe –t-elle.

Clin d’œil sur l’ANPGF

Créée en 2006 suite aux interminables problèmes dont souffrent les PME/PMI, l’Agence Nationale de Promotion de Garantie et de Financement des PME/PMI (ANPGF) s’est vue attribuer la mission de faciliter l’accès au financement, mobiliser les lignes de crédits et à éradiquer le chômage.

L’ANPGF fournit des services financiers et techniques. Sur le plan financier, elle octroie des garanties de financement jusqu’à 50% réduisant de moitié, le risque de financement et est en partenariat avec des Systèmes Financiers Décentralisés et Banques par lesquels elle passe pour financer  les jeunes entrepreneurs.

Elle dispose aussi des lignes de crédit pour rétrocession. Les services techniques de l’ANPGF sont orientés vers les conseils en management, le diagnostic, les renforcements de capacités et autres. Sont éligibles à ces services, les apprentis en fin de formation, les coopératives, les femmes et les jeunes.

L’ANPGF n’intervient que lorsque l’entreprise est formalisée et que le montant du projet est supérieur à 2,5 millions de F cfa. Moins bas que ce montant, le demandeur est confié au FAIEJ (Fonds d’appui aux initiatives économiques des jeunes), une autre structure d’appui au financement.

Mots-clés :

Votre avis