Si le problème d’employabilité est généralement le même dans les deux cas, il se manifeste autrement dans chaque partie et les approches de solutions aussi.

Les bras en agriculture : L’Europe en cherche ; l’Afrique n’arrive pas à gérer les siens

L’Europe perd de jour en jour sa population active dans le secteur agricole. En 50 ans, le nombre de personnes vivant avec l’agriculture en France est passé de 40% à moins de 4%.

Selon les rapports dressés au  dernier salon de l’agriculture en France, 12.000 emplois de salariés agricoles restent vacants chaque année et le nombre de candidats continue de diminuer tandis que le nombre d’offres lancés ne cesse d’augmenter.

L’Afrique elle, marquée par une forte croissance démographique déverse 13 millions de jeunes chaque année sur le marché du travail. Même si le secteur agricole y contribue à 61 % d’emploi, le continent doit mettre des bouchées doubles pour absorber les 800 millions d’actifs supplémentaires attendus à l’horizon 2050 sur le continent.

Si l’Europe, particulièrement la France, rattache cette situation de l’employabilité qu’elle vit à certains paramètres tels que la mauvaise image prêtée à l’agriculture en général, le manque d’informations concrètes sur l’emploi dans le secteur et les erreurs commises dans le système éducatif, l’Afrique ne propose pas encore des atouts favorables à ces bras et n’exploite pas non plus toutes ses potentialités pour rendre valide le secteur agricole pourtant  contributrice de 61% d’emploi car, 72% de jeunes en milieu rural vivent avec moins de 2 dollars par jour.

Comment résoudre les problèmes liés à l’employabilité du secteur agricole ?

Que ce soit l’Afrique ou l’Europe, chaque cas de figure est préoccupé par la situation et développe déjà des procédures pour y remédier.

En Afrique, le développement des technologies et diverses innovations sont au cœur des recherches. Les découvertes sont dirigées vers les solutions aux obstacles du développement de la production, de transformation et du marché.

La problématique de l’emploi a été l’objet d’un colloque international organisé par la Fondation pour l’agriculture et la Ruralité dans le Monde (FARM) en décembre 2016.

L’Europe par contre n’en est plus à cette étape. Elle n’a seulement qu’à sensibiliser les jeunes sur les potentialités déjà disponibles et passer par l’information à la base. D’ailleurs, les ministres français de l’éducation et de l’agriculture ont signé récemment une convention pour la diffusion dès le collège d'une meilleure information sur l'enseignement agricole.

 

1 Contribution(s)

  1. ANANI ETSRI say:

    Voilà un sujet qui devrait faire réfléchir plus d'un(apprenants, éducateurs, formateurs, parents...)

    16/06/2018 14:37:28

Votre avis