Dr. Djimé ADOUM

C’est sur cette note qu’a pris fin vendredi à Lomé les trois jours de travaux réunissant tous les pays membres et les partenaires du Comité permanent inter-état de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS).

Lire aussi : Kabore pour une politique vigoureuse de conservation de la nature

Un bilan à mi-parcours du déroulement de la campagne agropastorale a été fait avec beaucoup de satisfaction.

"De manière générale, nous sommes sortis de cette rencontre avec un bilan assez encourageant par rapport au déroulement de la campagne hivernale", confie Dr. Djimé ADOUM, secrétaire exécutif du CILSS à Agridigitale.

Lire aussi : Le CILSS s’engage à valoriser les produits forestiers non ligneux

Au cours des travaux, le CILSS retient que  dans le cadre des préparatifs de la campagne, les Etats et leurs partenaires ont consenti des efforts importants pour soutenir les producteurs, les pasteurs et pêcheurs.

Sur le marché agricole par exemple, la période de soudure a été marqué par une offre de céréales locales inférieure à la moyenne mais toutefois suffisante pour satisfaire la demande.

Sur le marché à bétail, les prix des bovins et de petits ruminants sont globalement en hausse par rapport à la moyenne quinquennale exceptée dans le Bassin Est où ils sont toujours en nette baisse.

Dans l’ensemble, les conditions d’accès à la nourriture et au pâturage s’améliorent de plus en plus avec les récoltes de la première saison en cours dans les pays côtiers et les récoltes effectuées dans les pays du sahel.

Lire aussi : Que dit le rapport sur les PFNL au Togo?

Des recommandations ont été faites à l’endroit des Etats, du CILSS et des partenaires pour un aboutissement heureux de la campagne agropastorale 2018-2019.

"Avec notre cadre harmonisé, nous allons continuer par collecter et analyser les données qui vont nous permettre d’identifier les personnes les plus vulnérables pour lesquelles il faut des solutions assez importantes", rassure Dr. Djimé.

Mots-clés :

Votre avis