Les efforts en matière de relance du secteur agricole demeurent une préoccupation des gouvernements africains. Le programme agropole est l’une des politiques agricoles mises en place et qui a le soutien des bailleurs de fonds à l’instar de la Banque mondiale (BM), la Banque africaine de développement (BAD), la plateforme Grow Africa et la Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition.

Ces dernières années, des projets de ce genre, se multiplient sur le continent et même se généralisent dans la perspective de développer l’investissement privé dans l’agriculture. Le terme agropole paraît nouveau pour beaucoup, dans les pays où le projet n’est pas encore lancé ou, encore à ses débuts.

L’agropole concentre une multitude d’activités dans une aire géographique

L’agropole se définit comme un ensemble d’entreprises circonscrites dans une aire géographique donnée, qui entretiennent des relations fonctionnelles dans leurs activités de production, de transformation, de services, d’appui et de commercialisation d’un produit végétal, animal, halieutique ou forestier donné.

Un agropole a pour vocation de donner une empreinte agricole à la zone d’activités pour développer les initiatives agro-industrielles et logistiques de plusieurs acteurs de tailles et de niveau technique et technologique variables, évoluant sur une ou plusieurs filières agricoles ciblées. Tel on appelle technopoles les zones dédiées aux technologies.

Pourquoi un agropole pour le développement du secteur agricole ?

La mise en place d’un agropole conduit à un regroupement d’acteurs au même endroit pour favoriser le développement de la transformation des récoltes d’agriculture, de pêche, de produits de forêt et d’élevage en produits consommables et renforcer les relations entre les activités de production, de transformation et de commercialisation de ces produits. La conduite de cette démarche aboutit à la garantie de l’inclusion sociale dans une logique d’amélioration des conditions de vies des populations rurales.

L’agropole : un concept multidimensionnel

Le concept agropole est multidimensionnel. Il intègre en lui la dimension physique, de chaîne de valeurs, d’arrangement institutionnel, de gouvernance et d’appui intentionnel. L’existence des lieux affectés aux parcs industriels, des zones commerciales, etc.  Dans les pays de l’OCDE, des cas palpables de la notion de concentration existent pour tirer meilleur profit des infrastructures et équipements afin d’optimiser les services et mutualiser les efforts.

Les parcs ont systématiquement tous commencé par l’agro-industrie avant d’évoluer vers les secteurs au fil du développement des pays. Donc, le profit tiré du potentiel agricole peut conduire à un développement des infrastructures dans des zones à forte production et développer des chaînes de valeur avec des entreprises qui vont offrir des opportunités d’emplois.

Mesures à prendre pour la réussite du programme agropole

Le programme agropole nécessite une forte implication des opérateurs privés, la Chambre du commerce et des industries, le patronat et particulièrement les entrepreneurs agricoles à mettre devant dans le processus. Ce sont ces derniers qui doivent pratiquement tenir les commandes afin d’exprimer leurs attentes en termes de réseau (routes, télécommunications, eau, électricité), les besoins en qualification pour qu’ils aient des conditions pour créer leurs entreprises.

La multiplication de ces zones spécialisées est signe d’un début d’industrialisation du pays. Le gouvernement doit garantir aussi le climat des affaires au sein de la zone par le développement d’une fiscalité adaptée pouvant motiver les industriels à s’y installer et se confronter aux réalités du milieu. Toutes ces mesures réunies autour de la mise en place des agropoles aboutissent à un bassin de vie plus agréable et plus attractif que les cadres urbains.

Mots-clés :

Votre avis