C'est le moment de faire le bon choix

L’étude note que "la progression de la demande nationale sera encore importante" et signale qu’elle "passerait de 206 millions d’œufs en 2018 à 489 millions en 2030 soit une progression de 181% à 389% respectivement.

Les jeunes entrepreneurs agricoles peuvent déjà se positionner sur ce segment porteur. Outre l’œuf de table, les mêmes travaux ont permis d’identifier entre autres, de manière générale dans le secteur de l’agriculture au Togo, les créneaux porteurs de croissance.  

Ainsi, dans toutes les régions, certaines filières ont été identifiées porteuses, sur la base des demandes économiques identifiées qui traduisent l’existence d’un marché potentiel.

Lire aussi : Valoriser la profession agricole

Il s’agit du riz, du poisson, des semences, les œufs, le bétail (bovin, ovin, caprin, volaille, viande lait).

A ces chaînes de valeur prioritaires, s’ajoutent les fruits et légumes (mangues, ananas, oignon et tomates) ; les racines et tubercules (igname, manioc,) ; et l’élevage faunique (agouti, cailles, lapins etc.) qui constituent des domaines d’intense activité économique pour les jeunes et les femmes.

La cartographie régionale livre des résultats assez spectaculaires.

Dans la région des savanes (arachide, haricot, souchet, sésame, coton, pintade, et la patate douce) ; région de la Kara (anacarde, les agrumes, mangue, orange, igname, patate douce, miel et le soja) ; région Centrale (anacarde, sorgho, mil, maïs, dinde, gingembre, aubergine, igname et champignon) ; région des plateaux (arachide, soja bio, maïs frais, dinde, escargot, miel, banane plantin, papaye, palmier à huile, cacao, café) région Maritime et Lomé Commune (dinde, caille, champignon, ananas, légume exotique).

Lire aussi : Ce qu’il faut savoir sur 6 villes pour gagner assez d’argent

Les travaux ont également permis de répertorier trois catégories de produits agricoles potentiellement porteurs de croissance.

Il s’agit des produits de substitution aux importations (riz, volaille) ; des produits d’exportation non traditionnels destinés au marché international ou au marché régional (Maïs, manioc, palmier à huile, noix de coco ; karité, légumineuses, fruits et légumes, épices, plantes aromatiques et fleurs, produits forestiers) et les exportations traditionnelles du Togo (filière coton, filière café cacao).

Voici les 5 chaînes de valeur à ne pas négliger

Sur la base de cette classification, la nouvelle politique agricole (2015-2030) identifie 5 chaînes de valeur porteuse pour lesquelles la demande est sans cesse grandissante et qui sont stratégiques pour le développement économique du pays.

Il s’agit des chaînes de valeur suivantes : riz,  volailles, poissons, semences, œufs de table. Selon l’étude, "le choix de ces chaînes de valeur s’explique par le faible taux de couverture pour ces produits et la valeur marchande des importations".

1 Contribution(s)

  1. KALIFE Nadim Michel say:

    C'est quand même navrant que nitre pays, après ,60 années d'indépendance, ne puisse pas couvrir ses besoins de consommation d'ieufs de poule, alors sue c'un produit indispensable pour l'équilibre de la santé populaire!!!

    13/05/2019 11:34:08

Votre avis