Des stagiaires togolais en Chine en 2017 (image archive agridigitale)

Tout comme tous les ans, la Chine offre des possibilités de stage aux acteurs du monde agricole (techniciens, ingénieurs, cadres etc.) pour près d’un mois. Durant les périodes de stage, les bénéficiaires togolais et d’autres venus d’autres régions du monde, s’imprègnent de nouvelles technologies développées dans le domaine agricole.  

Lire aussi : La Chine va construire un parc agro industriel à Akodessewa

En 2017 par exemple, près d’une trentaine de stagiaires togolais ont pris part à la formation organisée à Changsha par le père du riz hybride, Yuan Lonping.

Le challenge était pour la Chine de partager avec les délégués des différents Etats, composés pour la plupart des ingénieurs agricoles et cadres, les techniques pour accroître le rendement du riz à l’hectare. "Deux ans après, les lignes bougent dans la filière", témoignent certains participants à agridigitale.

Selon les informations reçues de l’ambassade de Chine à Lomé, la prochaine formation portera sur le maïs, une denrée très cultivée au Togo, base de l’alimentation de la population.

Dynamique d’ensemble

Selon M. Weidong, le secteur agricole est vital pour l’économie et le renforcement de la coopération agricole avec le Togo sur ce plan va de soi.

Debut de la formation sur le riz hybride en 2017 (archive)

Il souligne que les discussions sont d’ailleurs en cours avec les ministères de l’agriculture et, de la consommation locale pour le renforcement de cette coopération en lien avec l’axe2 du Plan national de développement (PND).

Lire aussi : Un transfert massif de savoir-faire agricole

"Sur la transformation agroalimentaire, la Chine aura beaucoup à apporter au Togo et l’essentiel sera de trouver les bons moyens pour renforcer cette coopération", indique –t-il à agridigitale.

Il a aussi suggéré pour que cette coopération profite à l’ensemble du milieu paysan, des regroupements, la mise en synergie des initiatives, une coordination renforcée de tous les projets dans le secteur pour un meilleur accompagnement.

Bataille rude contre la pauvreté

Des participants togolais en salle à Changsha (archive)

Pour lui, la vision de la Chine est de parvenir à un monde plus juste, équitable débarrassée de la pauvreté. Il cite en exemple qu’en Chine en "2012, il y avait 80 millions de pauvres et en moins de 10 ans, il y a que 16 millions".

"D’ici 2020, le président chinois Xi Jinping compte éliminer la pauvreté en milieu rural et c’est bien ça l’avantage du système socialiste à la chinoise", vante-t-il.

Même si le géant asiatique ne compte pas imposer son système politique à aucun pays du monde, M. Weidong estime que cela peut servir aujourd’hui de modèle au regard des résultats obtenus en si peu de temps.

"La chine défend le multilatéralisme pour un monde plus juste pour tous. Nous privilégions le dialogue et le partenariat plutôt que l’alliance et la confrontation", a-t-il laissé entendre.

Lire aussi : A l’Afrique, j’offre 60 milliards de dollars

Son souhait aujourd’hui en tant que diplomate, est que tous les Etats du monde s’engagent dans le grand projet de coopération internationale de la "ceinture et route" pour un partenariat gagnant-gagnant profitable à toute la population mondiale.

---------

Suivez ce reportage sur la redynamisation du CTA de Zanguera

 

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. Irma boto schneider say:

    Je suis une suissesse .et je vais toujour a togo . Jai ede a des villagois de agbodrafo . Je fait la formation en hotellerie pour diminue le chomage . Je suis tres content pour votre formation agricole merci 1000 fois chec nous a safari hotel tout et bio et des millie des oiseau merci danke danke

    11/06/2019 10:49:20

Votre avis