Les participants au SIBC 2018 (crédit photo AFD)

Il s’agit  de Yawovi Agbéwonou Darwin, responsable du des relations publiques à DASHMAKE et de Cletus Razakou, de la startup Afroplan.

L’initiative de ce bootcamp de Marseille est prise par l’Agence Française de Développement (AFD) à travers le social and Inclusive Business Camp (SIBC) qui rassemble depuis 2017, les entrepreneurs africains les plus innovants et meilleurs dans leurs différents domaines : E-santé, Fintech, Agritech, ONG etc.

Ces startups sont retenues pour leurs solutions concrètes aux problèmes qui se posent dans leur milieu. Darwin a exposé sur Sos System, une appli de géolocalisation sur la santé, d’information et de gestion des sinistres qui permet de sauver des vies humaines au Togo.  

Quant à Cletus, il a partagé l’expérience de son appli qui lutte contre le gaspillage alimentaire. L’appli propose une solution web aux commerçants qui souhaitent écouler leurs produits et aux clients qui veulent acheter moins cher.

"On a découvert des entrepreneurs fous qui veulent changer l'Afrique, qui se dotent de moyens, la conviction que l'Afrique est devenue le continent qui attire toutes les convoitises et que chaque startup a sa part sous le soleil. On a appris beaucoup sur les valeurs de partage, de rigueur et d'endurance", témoigne Darwin à Agridigitale.

Cletus (G) et Darwin

"Nous avons appris ce qu'est l'intelligence collective, comment définir son écosystème pour booster son activité et comment c'est qu'un entrepreneur social. Cet événement nous a permis de rencontrer des investisseurs tels que INCO, YIEP (investissement and partners), XL africa de la Banque mondiale.  Nous avons échangé individuellement  de Nos projets dans le but de lever des fonds", se félicite pour sa part Cletus.

L’édition 2018 du SIBC est parrainée par Président Français Emmanuel Macron. Elle s’est déroulée en deux phases : formation en ligne sur les bases et les outils d'un entrepreneuriat social, comment passer à l'échelle, puis le présentiel à Marseille qui a permis pendant 6 jours de discuter et de partager les expériences sur l'entrepreneuriat social. L'intelligence collective et l’écosystème ont été plus au cœur des échanges.

"L’intelligence collective est une notion qui n'est pas étranger à l'Afrique et qui appelle à l'unité dans nos actions en tant que entrepreneur, en interne ou entre startups.  Puis la notion d'écosystème qui doit être comprise comme cet ensemble d'acteurs présents dans un environnement qui doit dépasser le contexte géographique unie par les mêmes intérêts ou passions", explique Yawovi Darwin.

Les deux ambassadeurs du Togo rentrent à Lomé dans les prochains jours, fiers d’avoir noué des liens forts avec des investisseurs étrangers et d’autres entrepreneurs pour faire prospérer leur projet.

Mots-clés :

Votre avis