Malgré les mesures prises par les autorités, la filière a du mal à reprendre le chemin triomphal.

Le coton, une filière en difficulté

La filière coton en Côte d’Ivoire connaît ces dernières années, une instabilité remarquable de la production et de certains de ses facteurs dont les producteurs.

Selon le Conseil d’Administration du Conseil Coton anacarde (CCA) de Côte d’Ivoire, la production de coton graines est passée de 450.000 tonnes pour la campagne agricole 2014-2015 à 310.000 tonnes pour la campagne suivante (2015-2016) avant de remonter à 328.000 tonnes en 2017.

Le nombre de producteurs n’a cessé de baisser allant de 121.000 au cours de la campagne agricole 2014-2015 à 113.000 pour la campagne 2015-2016 avant de finir à 96.000 pour la campagne achevée de 2016-2017.

A part la production et le nombre de producteurs, le conseil ajoute que les superficies ont diminué de 12% au cours de la campagne agricole 2016-2017 par rapport à la campagne agricole 2015-2016.

Une situation préoccupante pour les acteurs de la filière

Le déclin ou l’incertitude de l’évolution de la filière coton n’est pas méconnu des acteurs et décideurs ivoiriens de la filière. Bamba Mamadou, président du Conseil d’Administration du (CCA) a évoqué lors du lancement de la campagne 2017-2018, les nouvelles mesures prises pour stabiliser la filière et lui donner un coup d’accélérateur. Parmi ces mesures, le zonage agro-industriel figure en position stratégique pour le plan de sauvetage de la filière.

Bien avant ces nouvelles mesures, un fonds de garantie de 1,8 milliards avait été constitué par les producteurs via la Fédération des producteurs de coton de Côte d’ivoire pour faciliter l’accès au crédit.

Le prix du kilo de coton qui est passé de 250 F cfa au cours de la campagne 2015-2016 à 265 F cfa à la campagne suivante (2016-2017) soit une hausse de 6% est toujours maintenu au dernier prix. Selon les prévisions, 340.000 tonnes de coton graines sont attendues au pays à la fin de cette campagne 2017-2018.

L’Afrique concernée de façon générale

Tout comme en Côte d’ivoire, les questions liées au redressement de la filière coton sont d’actualité dans plusieurs pays d’Afrique surtout en Afrique de l’Ouest. Tandis que certains comme la Côte d’ivoire et le Togo pensent redresser la production, ceux qui ont plus évolué tels que le Mali et le Burkina Faso veulent révolutionner la transformation des produits cotonniers.

Votre avis