Idrissa Nassa, Président du Groupe Coris (crédit photo ecodufaso)

Ce cap est vite franchi grâce aussi à l’Etat qui a identifié les chaînes de valeurs qui pourront bénéficier du financement bancaire.

Il s’agit notamment, des filières de l’élevage, du maïs, du mil, du sorgho, du riz, de la noix de cajou du karité, de la mangue, vêtements etc.

Dans un pays où l’agriculture occupe plus de 80% de la population à majorité rurale et contribue à 34% du PIB, le financement du secteur demeure maigre.

Lire aussi : Sawadogo, le paysan intègre du Burkina

Si les options vers la création d’une banque agricole est plus qu’imminente, CBI a qu’à même le leadership en matière de financement des chaines de valeurs agricoles.

Le déclic ?

En 2015, le diagnostic sur le trop peu de financement du secteur a donné lieu à une initiative soutenue par l’USAID en faveur des Pme/Pmi du secteur agricole des pays où sont implantées les filiales de Coris Holding.

Le Trade Hub est un programme de l’USAID visant à faciliter l’accès au crédit des petits transformateurs (agroalimentaire & agroindustriel) et exportateurs qui n’ont pas accès au financement bancaire en Afrique de l’ouest.

Coris Holding et Trade Hub ont ainsi signé septembre 2015 un partenariat d’assistance technique d’un montant de 10 milliards F.cfa qui a permis Coris Bank International d’initier entre autres activités, des formations à l’endroit de ses collaborateurs.

L’objectif est de permettre aux fonctionnaires du groupe d’apprécier avec aisance les procédures permettant de mutualiser les risques de crédit dans le secteur agricole tout en garantissant l’efficacité professionnelle et en valorisant l’exploitation de la banque.

Un an plus tard, les collaborateurs du groupe ont été formés sur différents modules à savoir : la définition des chaînes de valeurs agricoles, les risques du crédit agricole ; la structuration des mécanismes de financement ; l’analyse des risques liés au financement des promoteurs de l’agro-entreprise etc.

Les éléments de langages maitrisés la tâche était devenue plus aisée pour l’institution bancaire à mieux accompagner et financer sereinement la chaine de valeur agricole.

Une nouvelle ligne de crédit de 10 milliards de la BOAD

L’engagement de CBI dans le secteur agricole n’est plus à démontrer.

Mercredi, lors de la 110ème réunion du conseil d’administration de la Banque ouest africaine de développement (BOAD) à Abidjan en Côte d’Ivoire, une ligne à court terme de 10 milliards F.cfa a été mise en place en faveur de Coris Bank International (CBI) pour le refinancement de concours octroyés au titre de l’importation d’intrants agricoles au Burkina Faso.

Selon la BOAD, "ce concours renforcera les ressources financières à court terme de CBI et lui permettra de soutenir les besoins de trésorerie des fournisseurs d’intrants".

"La ligne contribuera notamment à l’achat de 32. 619 tonnes de phosphates et 12.000 tonnes de NPK qui seront commercialisés au Burkina Faso dans le cadre des campagnes cotonnière et céréalière", précise l’institution bancaire dont le siège est à Lomé.

Ce modèle développé par le Président du Groupe Coris Idrissa Nassa peut toujours inspirer d’autres institutions bancaires  de l’Uemoa à s’engager dans le financement des chaines de valeurs agricoles dans les Etats membres.

Votre avis