Le riz est cultivé dans plusieurs pays du monde. Il occupe une superficie estimée à 150 millions d’hectares pour une production de 585 millions de tonnes de paddy. L’Asie conserve depuis toujours la première place dans la production (90 % se trouve en Asie, 10 % sur les autres continents).

Au Togo, la production du riz demeure déficitaire malgré la mise en place de plusieurs politiques visant à l’autosuffisance du pays en consommation de la céréale.

 Système  de culture

 Il existe plusieurs systèmes de culture

  • Culture irriguée : lorsque l’eau et les aménagements sont disponibles pour contrôle de l’eau
  • Culture de bas fond : cultivé dans les dépressions
  • Culture pluviale: lorsque le riz ne bénéficie que de l’eau des pluies.

Itinéraire technique

L’itinéraire technique de la culture du riz repose sur le choix de la variété, la préparation du sol, mise en place, contrôle de l’eau, l’entretien des cultures, de la récolte et des activités post récoltes.

Choix de la variété

La semence constitue le premier intrant dans la production. Le choix de la variété dépend de leurs caractéristiques. Le choix de la variété à cultiver dépend des paramètres suivants :

– Les contraintes spécifiques (maladies, toxicité ferreuse)

– La maitrise de l’eau

– Les objectifs de production (commercialisation, autoconsommation)

Toutefois, le choix de la variété doit se faire en fonction de son cycle de rendement  et de son écologie parmi les variétés vulgarisées.

Choix de la parcelle

Le riz est une culture qui s’adapte bien aux différentes écologies. Cependant, il préfère des sols à texture fine et pas trop perméables avec un pH compris entre  6 et 7. En riziculture pluviale, éviter les nouvelles défriches. En riziculture de bas fond, il faut choisir les sols argilo limoneux, les plaines inondables où il y a suffisamment de l’eau. En riziculture irriguée, choisir les parcelles où on peut facilement irriguer ou drainer l’eau

Préparation du sol

  • Condition irriguée : Faire deux labours, le premier après avoir fauché et nettoyé la parcelle et inondé la parcelle et le deuxième 2- 3 semaines après le premier. Le repiquage est pratiqué dans cette condition.

Il faut faire une pépinière : planche de 1m de large et de longueur variable  et 20cm de hauteur. La quantité de semences à utiliser est de 200 g/ m2, dose de semis 40 kg /ha. Repiquer quand les jeunes plants ont un âge de 21 jours. Mettre 2 à 3 plants par poquet (profondeur 2-3 cm) suivant les dimensions 20 cm x 20 cm.

  • Condition de bas fond: Deux options

Le mode de repiquage ou le semis direct

Le semis direct, quand le bas fond n’est pas inondé : dose de semis = 60 kg / ha  et semer 3 à 4 graines par poquet

  • Condition pluviale : semis direct

Entretien de la culture

Désherbage : Faire le désherbage manuel ou le désherbage chimique en utilisant les herbicides de pré levée ou de post levée homologués (recommandés) comme Topstar(0,5 l/ha) au  lendemain du  semis ou Calriz( 4- 5 l/ha ) 2 à 3 semaines après  la levée des mauvaises herbes.

Fertilisation:

– Condition irriguée ou bas fond : Epandre 200 kg/ha  de NPK  deux semaines après le semis  et 100 kg  d’urée divisé en 2 fractions (15- 20 j AR et 50- 60 j AR)

– Condition pluviale : Epandre 150 kg/ ha  de NPK  deux semaines après le semis  et  50 kg d’urée  divisé en deux fractions.

Contrôle de l’eau (Irrigation)

Il faut rentabiliser l’eau utilisée dans la production rizicole.

Condition irriguée: Après repiquage, il faut assécher la parcelle.

En phase végétative : le riz a besoin de peu d’eau (reprise des plants jusqu’à l’initiation paniculaire)

En phase reproductive : le riz a besoin de beaucoup d’eau (initiation paniculaire jusqu’à la phase de maturation – stade pâteux)

En phase de maturation : un drainage complet de la parcelle 15 jours après floraison est recommandé stade pâteux jusqu’à maturité complète

Lutte contre les maladies (adventices, ravageurs)

Le riz est souvent attaqué par des maladies, des insectes et des oiseaux qui entrainent la baisse de rendement  et la qualité du grain. Contre les maladies, il faut éviter les fortes doses d’engrais  et traiter les semences par un fongicide comme le Momtaz.

Contre les insectes et les foreurs de tige, il faut utiliser les insecticides fongicides comme Furadan 10 kg / ha. Contre les rongeurs, il faut poser des appâts (pépinière et récolte). Contre les oiseaux, procéder au gardiennage des plants  de la floraison à la maturation

Récolte et activités post récolte

Récolter à la maturité des panicules (2/3 des panicules sont de couleur jaune paille à l’aide de faucilles.

Battage : Traditionnel: les panicules sont frappées sur un tonneau ou des planches.

Battage mécanisé : on utilise une batteuse motorisée ou une batteuse à pédale.

Séchage: Le riz à la récolte  contient de l’eau (taux d’humidité avoisinant 22%).

Sécher les grains sur une aire de séchage propre sur 4-5 jours pour réduire le taux d’humidité à 13- 14 %.

Il faut remuer les tas de riz pendant le séchage.

Vannage

Séparer les bons grains des débris de paille ou de grains vides ou mal remplis à l’aide d’un vent ou d’une vanneuse mécanique. Apres vannage, conditionner le riz dans des emballages propices et les disposer dans un endroit bien aéré et protégé contre les rongeurs. Eviter de poser les sacs à même le sol ou contre le mur.

Transformation du riz

Usinage : Transformation du riz paddy en riz blanc pour la consommation. Pour avoir une bonne qualité de riz, il faut toujours usiner un paddy bien séché et sans débris.

Etuvage : permet de réduire le taux de brisures et améliore la valeur nutritive du riz  et modifie sa qualité à la cuisson

Mots-clés :

Votre avis