Luis Alfonso de Alba

"Nous devons plutôt tenter d’empêcher cela en aidant les pays Africains à travers le renforcement de capacité pour faire face aux dégradations des terres en utilisant durablement leurs ressources. Mais, chaque pays doit évaluer le problème dont il fait face", a martelé jeudi, Luis Alfonso de Alba, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies à la semaine Africaine du climat ouvert à Accra depuis lundi.

Pour lui, l'argent fait partie des problèmes mais ce n'est pas le seul problème.

Lire aussi : L’Afrique a besoin de 3000 milliards US pour faire face au changement climatique

"Nous devons d’abord nous assurer que nous avons accès à l’argent disponible, pour ensuite penser à augmenter cela", clarifie-t-il à agritigitale. En débriefant l'action climatique des Nations Unies, il fait comprendre qu’il y a le fonds vert pour le climat et le plan d’aide de la Banque mondiale.

Pour les cinq prochaines années, Luis Alfonso de Alba annonce que "l’enveloppe disponible s’élèverait à deux cent milliards de dollars".

"Nous disposons de toutes les ressources financières. Nous travaillons directement avec les autorités du Fonds vert pour le climat pour faciliter l’accès au financement aux Etats", indique-t-il.

Ceci étant, la tâche principale selon M. Alfonso, c’est d'aider à identifier ceux qui ont besoin de ressources et la destination de ces ressources.

"Aujourd'hui, il est bien clair que nous pouvons obtenir de l’énergie sans polluer. Si nous prenons par exemple l'énergie solaire, c’est bien moins cher que l'énergie du charbon et technologiquement, il est possible de stocker l’énergie. Ce qui reste à faire, c’est d’intensifier les projets afin que l’énergie solaire et l’énergie verte soient accessible pour tous", explique-t-il.

La semaine du climat vise à identifier les actions pertinentes pour l’Afrique en particulier et recenser les pays qui ont eu la possibilité de réduire les émissions tout en subissant les conséquences du changement climatique.

---------------

De notre Envoyé Spécial à Accra, ANANI E.

1 Contribution(s)

  1. Gnassingbé Togamba say:

    je suis très ému de cette information, parceque cela vient à point nommé pour le soutien du nouveau projet de production de Moringa et du Jatropha qui verra le jour cette saison au Togo dans le but de la résilience à travers deux grandes coopératives: C.EC.MO.JA et COP.MO.JA au TOGO.

    22/03/2019 14:15:04

Votre avis