Elle sera marquée entre autres par des journées portes ouvertes et l’inauguration d’un poste de la CEB à Davié (30km de Lomé).

Karimou Shabi Sika, Directeur Général de la CEB, qui a pris les commandes de l’organisme en décembre 2016, a salué vendredi à Lomé, les avancées obtenues par son institution qui a tenu, malgré les difficultés, à fournir du courant, aux populations deux Etats, à coûts réduits.

Que retenir des 50 ans de parcours ?

Instituée en juillet 1968 selon le code bénino-togolais de l’électricité, la CEB est chapeautée par le Haut Conseil Interétatique (HCIE) qui nomme les deux principaux dirigeants sur proposition de la Haute Autorité pour une durée de cinq (5) ans renouvelable une seule fois.

Selon la répartition de ces deux postes clés, le Togo abritant le siège, prend le directeur général adjoint tandis que, le directeur général revient au Bénin.

En 50 ans, l’organisme international de production et de transport d’énergie électrique au Togo et au Bénin doté d’un capital de plus de 26 milliards F.cfa a développé les infrastructures de production, de transport de l’énergie électrique et de formations des futurs cadres.

Sur le volet  production, la CEB dispose d’une centrale hydroélectrique de 65MW et deux centrales thermiques de 20MW.

Ensuite, sur le transport énergique, près de deux mille kilomètres circuits de lignes HT ont été construites avec à la clé plus d’une vingtaine de sous-station de transformation.

Enfin, sur le côté formation et organisationnel, la CEB dispose d’un centre de secours à Cotonou au Bénin et d’un centre de contrôle à Lomé. A cela s’ajoutent, un centre de formation professionnelle et de perfectionnement à Abomey-Calavi (Bénin) réservé à la formation et au recyclage de ses fonctionnaires et futurs cadres.

Une  perspective portée sur la fibre optique

Le développement des nouvelles technologies de l’information, surtout l’internet impose de nouvelles règles du jeu à cette communauté qui a résisté pendant un demi-siècle.

La mission classique celle de porter le courant électrique uniquement dans les ménages relève peu à peu du dépassé.

Aujourd’hui, la tendance est plus portée vers la fibre, ou, dès que, le ménage a le courant électrique, il a la possibilité de se connecter à internet et ce marché très porteur et convoité, la CEB s’est également positionnée pour avoir sa part du gâteau.

Selon M.Sika, la fibre optique de la CEB est de qualité irréprochable et déjà opérationnelle.

Outre la fibre, la communauté prépare le démarrage des travaux du barrage Adjarrala dont les études de faisabilités sont presque bouclées et l’appel lancé aux bailleurs pour apporter leurs contributions sur ce projet viable qui va réduire la dépendance énergétique du Togo et du Bénin.

A en croire les dirigeants, les acquis des 50 ans de réussite peuvent être aujourd’hui capitalisés et faire de la CEB, un organisme champion sur le marché de l’électricité au sein de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Votre avis