Des contrôles inopinés attendus dans les boulangeries et pâtisseries

Selon un arrêté interministériel portant tarification des amendes, "tout contrevenant est passible d'une amende allant de 10.000 à 500.000 fr.CFA" pour des cas de vente d'aliments, produits périmés ou d'avaries au Togo. Outre les sanctions, il est prévu des contrôles inopinés dans le cas d'espèce, dans les boulangeries et pâtisseries chaque semestre.

Interdiction formelle du bromate

"C’est une activité que nous voulons durable. On est en train de rendre l’inspection des pâtisseries et boulangeries obligatoires. Ça  veut dire qu’à tous les niveaux, on va suivre les bonnes pratiques d’hygiène, de préparation et nous voulons certifier ces pâtisseries et boulangeries chaque six mois. Il y a des visites de suivi qui vont se faire de manière inopinée", détaille Kwoamivi Dovi, ingénieur sanitaire et environnement, chef du contrôle et de l’inspection sanitaire au ministère de la santé.

Lire aussi : Bromate : un tueur lent bientôt interdit au Togo

L’Organisation pour l’alimentation et le développement local (OADEL), y voit d'un bon, mais appelle le gouvernement à aller plus loin.

"Une chose est de sortir l’arrêté une autre est de l’appliquer. Donc on va souhaiter que le gouvernement mette les moyens en place en termes de ressources humaines, matérielles et financières pour faire des descentes dans les boulangeries et vérifier effectivement que ce n’est pas utilisé à l’insu des consommateurs", plaide Tata Ametoenyenou directeur exécutif de l'OADEL.

Mots-clés :

Votre avis