Crépin SONDOU

Tout le monde en parle, mais c’est quoi exactement la Blockchain ? Pour répondre, Crépin SONDOU, 21 ans, étudiant en cyber-sécurité à IPNET INSTITUTE OF TECHNOLOGY à Lomé est l’invité de ce mercredi du journal agridigitale.

Trader de bitcoin sur Localbitcoins, la plus grande plateforme d’échange de bitcoin entre particuliers, Crépin tente d’expliquer cette technologie complexe à ceux qui ne comprennent rien du tout.

AGRIDIGITALE.NET: Blockchain c'est quoi exactement?

Crépin SONDOU : C’est tout simplement une technologie qui permet de stocker les informations de manière sécurisée, décentralisée et transparente. 

Pour ceux qui n’y comprennent rien du tout, considérez la blockchain comme un gros livre vide! Un livre auquel tout le monde peut accéder librement et même y inscrire des écrits librement, mais une fois écrit vous ne pouvez plus ni supprimer, ni modifier, et encore moins falsifier ce que vous avez écrit ou ce que quelqu’un d’autre a écrit!

Et à fa fin de chaque livre, on y ajoute un autre gros livre, en prenant soin de mettre au début de ce dernier, le résumé du livre précédent. En langage technique, ces livres sont appelés des blocs. Et puisque ces blocs se suivent les uns après les autres, on dit qu’ils sont en chaîne. C’est ce qui donne en anglais la blockchain.

AGRIDIGITALE.NET : En quoi cela pourrait être utile pour le secteur agricole ? 

C.S: Aujourd’hui, nous consommons des produits et pour la plupart nous ne savons pas réellement d’où ça vient, comment ça a été fait, la quantité en pesticides qui a été utilisée.

Même si des informations sont inscrites sur des produits, dans la mesure où on ne peut pas certifier que ces informations sont vraies, le doute et le manque de confiance s’installent entre les consommateurs et les producteurs.

Alors, la blockchain à mon avis en collaboration avec les travaux qui se font avec l’Internet des objets connectés pourrait réellement changer la donne !

AGRIDIGITALE.NET : Comment fonctionne cette technologie?

C.S: On pourrait bien tracer les produits du champ jusqu’au consommateur, mais comme je l’ai dit plus haut, il faudra impérativement associer la blockchain à l’Internet des objets connectés !

Parce ce que, c’est cette dernière technologie qui transmettra les informations sur l’évolution des produits en temps réel à la blockchain ! Et ces informations une fois transmises ne pouvant plus être modifiées ni supprimées, la traçabilité de l’évolution des produits est inévitable!

AGRIDIGITALE.NET : Y-a-t-il déjà des pays en Afrique où cette technologie existe ?

Le Bitcoin finira pas s'imposer

C.S: Oui évidemment, il y a des pays en Afrique qui savent l’importance de la blockchain, à l’instar de l’Egypte, de la Tunisie, du Kenya. Aux dernières nouvelles, le Nigeria avec la startup Hello Tractor qui utilise la blockchain, l’internet des objets et l’intelligence artificielle pour faciliter et gérer la location des tracteurs!

Le Togo peut bien en faire partie mais il faudra évidemment beaucoup de travail et du soutien et du bon vouloir de la part des autorités. L’autorité pourra notamment encourager les projets ayant lien à la blockchain et surtout au niveau légal se prononcer pour encourager.

Car vous savez aujourd’hui, la blockchain et le bitcoin sont très mal vu parce que ça permet à des gens malintentionnés de l’utiliser dans des cadres illégaux sans avoir de problème à cause de la décentralisation de cette technologie, mais moi je me dis : Doit-on interdire l’utilisation du couteau parce qu’on peut l’utiliser pour tuer ? 

En gros, le bien de cette technologie pour le producteur est évident: il bénéficie de plus de confiance de la part des consommateurs désormais, et pour tous les acteurs de la chaîne, la traçabilité de tout notamment.

AGRIDIGITALE.NET : Vous êtes l'un des rares spécialistes du bitcoin au Togo...Comment les producteurs peuvent tirer profit ?

C.S: Cela peut profiter aux producteurs dans la mesure où s’ils acceptent de recevoir des paiements en bitcoin, ils paieront des frais de transaction extrêmement faibles, ils reçoivent des paiements des clients immédiatement (pas d’intermédiaires comme les banques ou autres qui engendrent des frais et des contrôles éventuels) ; et les paiements étant irréversibles, il n’y pas de risque de se faire arnaquer.

La rapidité et la sécurité des transactions sont également des atouts! Certes aujourd’hui il y aura des difficultés dues au fait que peu de consommateurs connaissent et utilisent le bitcoin, mais il y a un début à tout et je pense que ça viendra avec le temps ! 

2 Contribution(s)

  1. Moussa Mansour say:

    Nickel

    07/03/2019 13:22:04
  2. AGBODZA Gilckrist say:

    Je tiens à remercier Mr SONDOU pour son article qui non seulement dans le but de faire développer l'agriculture, contribue également à une utilisation évoluée du bitcoin, monnaie électronique méconnu majoritairement par les peuples africains.

    06/03/2019 18:26:18

Votre avis