Le PAM et le gouvernement s'engagent à soulager le fardeau aux producteurs

Généralement, ils sont à la merci des femmes commerçantes et ces derniers s’en sortent toujours plus appauvris. Que faire alors ? L’Etat cernant bien la situation a, outre l’ANSAT ; le nouveau mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA) qui garantit outre mesure le marché, va plus loin.

Le gouvernement et le Programme alimentaire mondiale (PAM) s’engagent à soulager la souffrance des producteurs. Le PAM comme c’est le cas depuis des années, rachètera   l’excédent de céréales (maïs notamment) auprès des coopératives agricoles du Togo, un marché réel pour écouler leurs productions.

Lire aussi : Quand les paysans bradent leurs récoltes à vil prix aux commerçantes

Discussion entre le PAM et le ministre BATAKA (M)

Le gouvernement et le PAM  multiplieront également des cantines scolaires, indispensables au progrès du système éducatif. Lundi à Lomé, une délégation du PAM s’est entretenue avec Noël Koutéra BATAKA au sujet du rachat des excédents céréaliers afin d’améliorer la vie des producteurs.

M. BATAKA a indiqué qu’en lien avec les objectifs du programme national de développement(PND), le gouvernement s’est résolument engagé à trouver des débouchés pour les producteurs de maïs et des autres céréales.

"Ces initiatives du gouvernement favorisent ainsi la création des emplois, l'amélioration des revenus des producteurs et leurs conditions de vie", a-t-il souligné.

Ces dernières années, le Togo connaît un accroissement rapide de la production de maïs. Le Togo a ainsi exporté une partie de sa production vers d'autres pays de la région.

En 2011 par exemple, le Togo avait dégagé un excédent de production de maïs de près de 100.000tonnes. Le PAM avait racheté près de 32.000 tonnes pour satisfaire en partie les besoins du Niger.

Votre avis