M. Donghee (G) et M. KLassou (D)

"Ce projet vise à renforcer les capacités des villageois pour une production de qualité et permettre aux communautés d’atteindre l’autonomie rurale où il fait bon vivre", a souhaité Chang Donghee, président de la fondation de Seamaul.

M. Donghee a vanté les mérites d’une Corée du sud qui a passé le cap de pays assisté en 1960 au pays développé aujourd’hui, 10ème économie mondiale grâce au mouvement de sa fondation.

Lire aussi : Agropole pilote de Kara: une mission sud-coréenne attendue

"L’autonomisation des communautés a lancé l’économie coréenne qui  a changé sa position d’un pays bénéficiaire d’aide à un pays donateur et développé. La fondation a dépassé les frontières de la Corée pour devenir un patrimoine de l’humanité", a-t-il fait savoir.

Ce modèle du développement affirme-t-il sera implanté au Togo, surtout, les expertises coréennes seront mises à la disposition du Togo pour la transformation complète du bassin de la Kara qui accueille la phase test du projet de transformation agroalimentaire (PTA-Togo).

L’émergence du Togo passera par l’agriculture

Le premier ministre, Komi Sélom Klassou y croit dur comme fer. "Avec une contribution de 40% au PIB, l’émergence du Togo doit passer par l’amélioration substantielle de la compétitivité des filières agricoles", a-t-il souligné.

Il a relevé que la nouvelle politique agricole du gouvernement repose sur l’association agriculture -industrie basée sur les agropoles en lien avec l’axe 2 du programme national de développement (2018-2022).

"L’ambition est de consolider les bases de la sécurité alimentaire et d’accélérer la croissance économique et de promouvoir la création de la richesse et d’emplois massifs particulièrement en milieu rural", souligne le chef du gouvernement.

Il a salué l’essor de la Corée du sud qui est passé de pays assisté en 1960 au pays développé aujourd’hui par la mise en branle d’une chaîne de solidarité entre toutes les composantes.

"La fondation a développé les milieux ruraux de la Corée du sud sur la base de l’amélioration des conditions de vie des villageois, l’augmentation de leurs revenus et la réduction de la pauvreté et le développement de l’esprit entrepreneurial, implanté dans beaucoup de pays d’Asie, d’Amérique latine, d’Afrique ce modèle reconnu en 2015 par les nations unies comme mouvement de développement rural des communautés à la base", a-t-il salué.

Investisseurs, mobilisez-vous !

Echange de paraphes entre M. Donghee(G) et Yaya Sani

L’investissement mobilisé à ce jour pour lancer la phase pilote des agropoles de Kara est évalué à 35 milliards F.cfa.

La Banque africaine de développement (BAD), la Banque ouest africaine de développement (BOAD) et la Fondation Seamaul sont les grands partenaires qui accompagnent l’Etat Togolais sur ce challenge.

Le PM Klassou appelle aux investisseurs qu’ils soient nationaux ou internationaux de se joindre à l’initiative dans un esprit de partenariat gagnant-gagnant pour transformer le milieu rural.

"La composition mixte de l’agence de promotion des agropoles demeure que l’agropole est l’expression du PPP du Togo. L’implication du secteur privé va être déterminante non seulement au niveau de la chaîne de production, mais aussi au  niveau de l’implémentation de l’agro-industrie et du financement des filières d’exportation", a-t-il noté.

In fine, le PTA-Togo vise un développement industriel dans le secteur agricole et repose sur la transformation structurelle de l’agriculture en tant que secteur à fort potentiel de croissance.

Votre avis