DJABIGOU passe de 35 têtes à 142 dans la région des savanes

"Avec une subvention de 140 millions F.CFA de la Banque mondiale, le gouvernement à travers le projet PASA a installé 40 fermes d’élevages commerciaux dont 21 fermes d’élevages de volailles et 19 fermes d’élevages de petits ruminants", a confié mardi le directeur régional de l’agriculture et élevage de la région des savanes (nord-Togo).

Une mission du projet d’appui au secteur agricole (PASA) conduite par  kafui DOSSOU séjourne depuis lundi dans la région pour s’assurer que les bénéficiaires ont fait une bonne utilisation des ressources.

La subvention du PASA a notamment permis de construire dans la région, des logements améliorés pour les poulaillers et les bergeries, d'équiper le noyau d’élevage et de constituer un kit vétérinaire qui puisse couvrir un cycle d’élevage.

"Toutes ces conditions réunies ont permis aux éleveurs de volailles et de petits ruminants d'augmenter leur cheptel", a-t-il souligné.

M. Lardja témoigne que "les conditions de vie des bénéficiaires ont changé car beaucoup ont amélioré leur habitat et disposé des moyens de déplacement".

A Korbongou, Kokou fait la différence

Muguémane kokou KANTAMI est un éleveur de volaille à Korbongou (18km au nord Est de Dapaong)  depuis 1996 et continue aujourd’hui par faire ses preuves dans le domaine.

Parti de 200 têtes de volailles avec un chiffre d’affaires de 350 mille, il est arrivé depuis l'appui du projet PASA à atteindre 800 têtes ; ce qui lui a permis de faire un chiffre d’affaires de 900 milles par campagne.

"J’ai bénéficié du projet depuis 2015 à hauteur de 3 millions 500mille frs. Ces fonds m’ont permis de construire 04 poulaillers et payer un incubateur d'une capacité de 360 œufs", témoigne –t-il.

Le projet a également permis à kokou de se lancer dans la production des poussins et des pintadeaux qu’il trouve plus rentable et qui coulait aussi rapidement sur le marché.

"Pour cette saison seulement, j’ai déversé sur le marché local 720 pintadeaux et 420 poussins", ajoute –t-il.

Les revenus des différentes ventes ont permis à Kokou d'installer une pompe pour facilement tirer l’eau de son puit, de payer un réfrigérateur pour la conservation des différents vaccins, sans oublier le côté scolaire des enfants et des autres besoins de la famille.

En dehors de tout, il bénéficie aussi du fumier qu’il utilise pour la fabrication d'un compost amélioré.

Lire aussi : Que retenir du PASA depuis sa mise en œuvre au Togo ?

Pour cette même campagne, il a vendu 5 tonnes de ce compost en raison de 175frs le kg.

Tout ce succès attire qu’à même à Kokou quelques ennuis : les vols de ses pintadeaux et surtout la non-maitrise de certaines maladies qui frappent parfois le cheptel.

DJABIGOU passe de 35 têtes de bétails à 142

A Timanga, un village situé à 15 km de la ville de Dapaong, Goumma DJABIGOU est un éleveur de bétails hors-pair.

"J’ai commencé mon élevage dans les cases rondes (en bancos) avec un effectif de 35 bétails. J’ai bénéficié en 2015 du projet PASA à hauteur de 3 millions 500 milles frs, ce qui m’a permis de construire un grand enclos bien amélioré pouvant contenir un effectif plus élevé d'animaux. Ainsi, de 35 têtes j’ai aujourd’hui 142 têtes de bétails", témoigne Goumma.

L’éleveur témoigne que ses ventes sont améliorées et ses revenus aussi.

"D’un chiffre d’affaires de 250mille, je fais aujourd’hui, 1 million F.cfa. Une partie du revenu est réinvestie pour l’agrandissement du cheptel, le reste pour s’occuper des besoins de la famille", raconte Djabigou, très satisfait.

Après les savanes, la mission vient de mettre le cap sur la région de la Kara pour rencontrer d’autres bénéficiaires.

Envoyé Spécial pour Agridigigitale Sandali Palakiyêm depuis Dapaong

Mots-clés :

Votre avis