Issa Baoua Nouhou aide les producteurs

Diplômé et chercheurs en biologie moléculaire, celui que les proches affectionnent Macron, pour son amour pour le président Français Emmanuel Macron dont il tire beaucoup d’inspiration, Nouhou apporte aujourd’hui tout son savoir-faire aux producteurs et appui techniquement le département formation et recherche au Comité Inter-état de Lutte Contre la Sécheresse au Sahel (CILSS).

"Depuis 11 ans, je travaille avec beaucoup de groupements de producteurs et des jeunes.  J’aide ces derniers à bien réussir leurs cultures, à conserver leurs produits pour des périodes de soudures", confesse –t-il à Agridigitale.

"Mon unique objectif, c’est de contribuer coûte que coûte à l’autosuffisance alimentaire dans mon pays le Niger et pourquoi pas dans toute l’Afrique", a-t-il martelé.

Un combat axé sur 3 priorités

Actuellement, mon ambition, c'est de mettre en place des jardins familiaux comportant des arbres fruitiers dans les résidences pour garantir l'autoconsommation en fruits ne serait-ce que pour les familles.

L'analyse que j'ai pu faire, c'est que nous avons la terre, nous avons l'eau souterraine et de surface mais, les gens ne mettent pas l'accent sur l'agriculture. C'est juste au niveau de la production de céréales que ça va un peu mieux.

L’autre projet sur lequel je travaille consiste à appuyer les communautés rurales pour qu'elles aient une autosuffisance alimentaire.

Pendant la saison pluvieuse qui ne dure que trois mois, ce que les producteurs arrivent à obtenir comme céréales ne suffit pas pour couvrir toute l'année pour leur consommation avant la récolte prochaine.

Du coup, ils ont des difficultés de nourritures. Donc, le projet, c'est de les accompagner à ce qu'ils arrivent à disposer des sites maraîchers qui va combler le vide de l'année.

Enfin, je fais aussi le potager que j’installe dans les habitations ou résidences qui en font la demande. Non seulement ça arrange la vision mais il permet également et surtout de respirer de l'air naturel et ça fait du bien à l'organisme.

Mes conseils pour la jeunesse Africaine

On doit se contenter de ce qu'on a. Souvent on fait une fixation sur l'occident. On se dit, nous on doit aller chercher le luxe. Mais ce qu’on ignore, c’est que même les occidentaux, ils travaillent la terre et ils souhaitent avoir de grandes superficies pour mieux exploiter.

Parce que eux, ils ont compris très tôt que la terre, elle est rentable et même tout ce qu'on consomme actuellement nous viennent de la terre.

Pourquoi nous, la jeunesse africaine on ne peut pas se concentrer sur cette terre pour développer nos pays comme les autres le font ?

Je suis prêt à répondre à des sollicitations dans d'autres pays du continent. Moi, c'est ma passion et j'aimerais partager mon savoir pour que l'Afrique puisse avancer et se développer.

Aux décideurs

A l’endroit des décideurs et investisseurs, je dirais qu’il faut un appui pour la formation et l'accompagnement pour que la terre qu'on a, on puisse l'exploiter et qu'elle soit utile pour nous. L'État doit investir dans l'agriculture surtout dans les zones rurales.

1 Contribution(s)

  1. Bangoura aminata say:

    Produisons ceux que nous consommons et consommons ceux que nous produisons

    17/08/2018 06:31:52

Votre avis