Dr. SISSOKO Fagaye

Dr. SISSOKO Fagaye, Agronome à l’Institut de Recherche Agronomique au Mali (IRAM) fait le constat sur agridigitale et en appelle à des politiques publiques volontaristes pour accompagner la consommation locale.

"Il faut vraiment une politique de sensibilisation, d’information et de plaidoyer pour que les gens puissent consommer ce qui est produit chez nous", lance-t-il. Outre le déficit de consommation, s’ajoute également le faible taux de transformation des produits agricoles locaux.

Lire aussi : Facilement, je me fais des sacs de riz

"Seul 2% du coton est transformé localement et le reste de la production est injecté dans l’exportation. Pour les autres cultures comme le sorgho, le mil et le maïs, généralement le pays est très vaste et le nord Mali ne pouvant pas produire ces denrées, est obligé de les importer à partir du sud",  détaille –t-il.

Il note aussi que "l’agriculture devient de plus en plus difficile et plus exigeante".

"Avec les changements climatiques, si on ne pense pas à la maitrise de l’eau dans nos systèmes de production, il nous sera très difficile d’atteindre nos objectifs que nous nous sommes fixés. Actuellement, ce problème climatique est un phénomène que nous vivons de plein fouet dans nos pays et qui fait que nos rendements ne sont pas du tout au rendez-vous. Une raison qui oblige les jeunes à fuir le secteur pour aller vers les grands centres à la recherche du boulot. La jeunesse malienne commence à être déconnectée de plus en plus de l’agriculture", souligne Dr. SISSOKO Fagaye.

Lire aussi : Au Mali, le FIDA a une vision *INCLUSIF du secteur agricole

Pour faire face aux défis climatiques, il suggère de mieux gérer les ressources en eau, développer des bassins de rétention d’eau, l’utilisation de la fumure organique etc.

Votre avis