Medissa Sama porte un projet de 2 millions d'euros

Afin que les opportunités d’investissement soient plus largement exploitées et valorisées à la mesure des atouts et avantages comparatifs du Togo (l’agro-industrie, l’agro-alimentaire, la transformation, les énergies renouvelables, l’industrie textile, l’exportation, les infrastructures, les logements, les technologies de l’information de la communication, le tourisme),  le gouvernement a fixé des objectifs d’une relance économique vigoureuse qui prend en compte le secteur privé national et international.

A en croire le premier ministre, Komi Selom Klassou, le Forum Économique Togo-Union Européenne a vu la participation de près de 1000 personnalités contre  les 400 annoncées au départ, soit deux fois plus le nombre des participants attendus dont des opérateurs économiques et investisseurs venus d’Europe et du Togo.

Lire aussi : Aliko Dangote file du bon coton à Lomé

"L’engagement de l’Union Européenne à accompagner les investisseurs par la stimulation des investissements et le commerce pour une croissance mais aussi la création des emplois durables, le lancement de la chambre de commerce européenne au Togo, la signature du mémorandum d’accord entre la chambre de commerce et d’industrie du Togo et la chambre de commerce et d’industrie de l’Union Européenne", se félicite le chef du gouvernement.

Il poursuit que " 141 projets bancables ont été retenus sur 400 présentés pour un montant global attendu s’élèvant à 1,3 milliards d’euro soit 852 milliards de franc CFA".

Au niveau de l’Union Européenne, on veut tirer le meilleur profit de ce forum et de l’entretenir ensemble pour que la vision d’un Togo émergent devienne une réalité.

"Cet évènement a confirmé une convergence tout à fait remarquable entre les implantations de la nouvelle alliance Europe Afrique et les objectifs stratégiques du plan national de développement du Togo. C’est une convergence qui permettra à l’Union Européenne et au Togo avec le concours du secteur privé et des institutions financières de marcher main dans la main afin de réaliser les objectifs de l’agenda 2030, de favoriser la croissance durable et inclusive ainsi que la création d’emplois décents",  réitère Bruno Hanses, Chargé d’affaires à la délégation de l’UE au Togo.

Les attentes des jeunes entrepreneurs

L’autre chose qu’il faut retenir de ce forum, c’est qu’à l’unanimité, tous les participants admettent que c’est le secteur privé qui est la principale source de création d’emplois, de stimulation de l’innovation et de la création de la richesse.

Lire aussi : Mettre fin à la fuite des cerveaux

Bessanh Komlan, promoteur de Champiso

Au-delà des probables financements, les jeunes rencontrés par agridigitale espèrent de la part du gouvernement et des partenaires d’autres mesures d’accompagnement.

"Notre problème en tant que jeunes entrepreneurs ce n’est pas seulement le financement. Il y a aussi la technicité, le transfert de connaissances et de compétences dont nous pouvons profiter. Pour cela, il nous faut un programme solide pour pouvoir nous accompagner", souhaite Medissa Sama, chef d’entreprise et mentor à Yiclife, venu à ce forum avec un projet de 2.000.000 d’euros pour mettre en place une chaîne industrielle de production de fruits et légumes frais au Togo et créer 500 emplois permanents.

Pour sa part, Bessanh Komlan, promoteur du jus Champiso demande à ce qu’à la sortie de ce forum, on puisse associer la jeunesse entrepreneuriale à des pôles de décisions pour défendre leurs besoins et difficultés.

Il propose également au gouvernement de tout faire pour briser les barrières de méfiance qu’on fait à la jeunesse afin que des fonds leur soient octroyés.

"Une décision devrait venir du gouvernement pour briser cette méfiance des banques vis-à-vis de la jeunesse afin que nous puissions lever des fonds colossaux. L’autre doléance, c’est qu’on puisse trouver une place dans les pôles de transformations qui sont en train d’être installés à ces jeunes dont les secteurs constituent un potentiel de développement et qu’un statut fiscal spécial soit donné aux jeunes entrepreneurs qui sont dans la transformation agroalimentaire pour leur permettre d’offrir leurs produits à des prix concurrentiels", sollicite Bessanh.

------------

ANANI E

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. Samah Awal Tchari say:

    Une très grande opportunité pour nous les Entrepreneurs togolais.pour moi le gouvernement après tous les efforts fournis pour cette organisation doit revoir le cas des Entrepreneurs dont les projets n ont pas été sélectionner. Doivent être aussi accompagner dans d autres mesures pour des eseances avenir.

    15/06/2019 21:57:52

Votre avis