Anita Afatchao avec le trophée à droite

Après Dona Etchri à Kigali au Rwanda, c’est la réalisatrice du documentaire "l’or..dure", Anita Afatchao, qui vient d’empocher 5 millions F.cfa, grand prix du festival clap d’ivoire tenu à Abidjan en Côte d’Ivoire.

"C’est en même temps une joie et du stress sur les grands défis qui restent à relever", a-t-elle confié à Agridigitale, à son retour à Lomé samedi soir d’Abidjan.

De quoi parle ce documentaire ?

Le fil rouge de ce film de 13mn pose l’épineux problème de la protection de l’environnement à une période où des déchets électroniques inondent  au même titre que les ordures ménagères.

Anita a dans document posé une bonne question, celle du recyclage de ces déchets (portables, unité centrale d’ordinateurs, batterie usée etc.).

L’investigation poussée menée par Anita et salué par le jury du festival, la emmenée auprès des acteurs qui transforment ou redonnent vie à ces équipements usées.

Lire aussi : La dernière guerre

Des exemples illustratifs à faire couper le souffle, reste l’imprimante 3D faite à partir des UC usées, ou des ordinateurs dans un bidon composés d’équipements électroniques recyclés ou ces artistes talentueux qui font de ces ferrailles des reposoirs etc.

Autant de témoignages poignants sur la nécessité de protéger l’environnement qui ont donné une certaine originale au chef-d’œuvre de la togolaise Anita.

Le prix clap ivoire dope le morale à la réalisatrice qui ambitionne partir à la conquête d’autres prix sur d’autres festivals avec son premier opus.

Votre avis