La délégation togolaise au SIETTA à Treichville

C’est sans contexte que l’industrie de l’anacarde recèle d’énormes potentialités de création d’emplois et des opportunités de richesses pour la jeunesse africaine issue des pays tropicaux où l’anacarde se développe bien.  

Au palais de la culture de Treichville à Abidjan en Côte d’Ivoire (1er producteur de la noix de cajou au monde depuis 2 ans), une forte délégation togolaise prend part depuis jeudi au 3ème Salon International des Equipements et des Technologies de Transformation de l’Anacarde (SIETTA 2018).

Lire aussi : Les portes fermées de l’INFA ouvertes à Sokodé

"Le Togo est à l'honneur ! L'expérience du CFIJ-TOGO a été partagée pour inspirer les autres pays à attirer les jeunes vers l'agriculture intelligente", a confié samedi à agridigitale, Alassan Kpeziwezou, Directeur du Centre de Formation et d’Insertion des Jeunes du Togo (CFIJ-Togo) depuis Treichville.

Inauguration du salon par le PM Ivoirien (M) (crédit photo gouv.ci)

Pour la 3ème fois consécutive, le géant de la sous-région s’est donné le pari d’une organisation réussie autour du thème "Transformation de l’anacarde, une mine d’opportunités pour l’autonomisation de la Jeunesse africaine".

Environ 15000 visiteurs et 500 exposants représentant une vingtaine de pays dont le Togo ont pris part à l’édition 2018.

Selon les organisateurs, le SIETTA  vise à accroître la valeur ajoutée locale de l’anacarde par la création des conditions d’accessibilité des investisseurs nationaux et internationaux aux équipements et technologies de la transformation de l’anacarde.

"Le SIETTA offre une opportunité aux fabricants d’équipements de transformation de produit alimentaire d’exposer et de vendre leurs machines et  d’accéder ainsi au secteur ivoirien et africain de l’anacarde", précisent-ils.

Lire aussi : GOZAN met les points sur les ‘i’

"Le Président Alassane Ouattara veut que nous puissions atteindre un taux de transformation de 100% de notre production de noix brutes de cajou en 2025", a déclaré Daniel Kablan Duncan à l’ouverture du salon jeudi.

Selon le site gouvernemental ivoirien, M. Duncan s’est félicité de la hausse de la capacité de transformation qui s’élève à 178 000 tonnes en 2018 avec 24 unités fonctionnelles contre 90 000 tonnes en 2015 et 52 000 tonnes en 2012.

Il ajoute que cette capacité pourra atteindre 245 000 tonnes d’ici à l’ouverture de la campagne prochaine avec huit nouveaux projets agréés à l’investissement.

Durant trois jours, les échanges ont contribué à améliorer la productivité des entreprises ; faciliter le montage des dossiers financiers et surtout, inciter la jeunesse à se lancer dans la transformation.  

Le SIETTA prend fin ce samedi et rendez-vous est déjà pris pour 2019.

Votre avis