De fortes précipitations attendues au sud-Togo

Plusieurs villes dont Atakpamé, la vallée du Mono, vallée de Zio, Lomé et ses environs sont les localités précisées avec par endroit, des risques de  coup  de  vent. Le ciel s'est vraiment assombri depuis quelques heures avec des coups de vents et des pluies déjà dans la partie sud de la capitale togolaise.

La répartition pluviométrique sera bonne

Pour les paysans du sud-Togo, ces pluies depuis mars sont plutôt une très bonne nouvelle et marquent le début de la campagne agricole.

"Pour cette campagne agricole, c'est maintenant que la saison agricole s'installe, les paysans peuvent maintenant tout entreprendre sans inquiétude. On aura des séquences sèches mais pas de nature à perturber la croissance des cultures", a réagi Noël Koutéra BATAKA, ministre togolais de l’agriculture.

Il précise que "la répartition pluviométrique sera bonne dans l'ensemble".

Ce qu’il faut retenir du  bulletin de la prévision saisonnière 2019

Le ciel est ménaçant

Les agriculteurs sont conviés d’utiliser des calendriers prévisionnels des dates de semis précoces ; privilégier les espèces et variétés à cycles courts et moyens ; investir d’avantage dans les semences des variétés améliorées et dans le développement de techniques d’augmentation de rendements, aussi bien pour les cultures vivrières (tubercules et céréales) que pour les cultures de rente (coton, soja) et les légumineuses.

A l’endroit des éleveurs, il est conseillé d’éviter de placer ou de conduire les animaux dans les zones inondables (risques de mort par noyade en cas de forte pluie) ; vacciner les animaux et les parquer dans des enclos situés plus en altitude pour lutter contre les épidémies à cause de la forte humidité pouvant prévaloir ;  encourager l’élevage intensif, la culture des plantes fourragères, la fauche des herbacées annuelles pour la constitution d’un stock de fourrage ; envisager la mise en place de stocks d’aliment de bétail ; entretenir et renforcer régulièrement les habitats ; faciliter aux animaux l’accès aux points d’eau les plus proches, afin de mettre le bétail à l’abri des effets du manque d’eau et d’éviter les conflits entre agriculteurs et éleveurs.

Votre avis