Graziano da Silva(G) et Akinwumi Adesina(D) © FAO / Guilo Napolitano

Une alliance historique entre la FAO et la BAD a été scellée lundi à Rome entre José Graziano da Silva et Akinwumi Adesina, respectivement patron de la FAO et du groupe de la BAD.

Avec ces fonds, d’importants investissements seront faits dans la sécurité alimentaire, la nutrition, la protection sociale, l’agriculture, la foresterie, la pêche et le développement rural.

Lire aussi : A quoi vont servir les 16 milliards de la BAD ?

Pour M. Adesina, cet accord marque un tournant décisif dans les relations entre la BAD et la FAO.

"Cet accord témoigne de notre engagement commun à accélérer la livraison de programmes de haute qualité et à accroître les investissements dans les partenariats public-privé dans le secteur agricole en Afrique. Cela nous aidera à transformer les activités agricole en entreprises", a-t-il indiqué.

Lire aussi : La FAO redonne espoir aux ruraux

Pour José Graziano da Silva, ‘exploiter les investissements dans l’agriculture, y compris ceux du secteur privé, est essentiel pour sortir des millions de personnes de la faim et de la pauvreté en Afrique et assurer une production alimentaire suffisante et créer suffisamment d’emplois aux ruraux".

Au Togo par exemple, la BAD vient d’accorder un financement de 16,63 milliards F.cfa pour le projet de transformation agroalimentaire (PTA-Togo).

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. TOGO TRADE HUB say:

    Nous sommes et restons convaicus que il n'y aura d'alternatives pour un reel developpement autre que ces solutions integrées que nous proposons avec beaucoup d'insistance mais ou nous avons l'impression de precher dans le desert. C'est une insulte pour notre intelligence economique quand nous savons avec certitude que les destinations de ces fonds mirobolents ne produisent que dale. Les vraies questions ne sont jamais traitées. Nous accusons un retard sur ce siecle de la revolution Africane du a trop de contingences. Les orientations politico econonmiques pourtant pertinentes sont sabordées et corrompues par le marasme technologique. Des experts bon marché qui sifflornent les deniers publics avec des programmes creux et vaseux sabotant toute la bonne volonté des politiques. Il aurait fallu une petite décence intellectuelle pour remettre à cesar ce qui est à cesar. Ça ne coûte rien d'essayer. Apprenons à redorer nos blasons en évitant de tomber dans les même rétorques. De programmes gouffres. Désolé je ne faisais que passer.

    29/08/2018 19:01:24

Votre avis