Le développement progressif dans les milieux ruraux au Togo

Ce changement est intervenu petit à petit après la construction du Lycée de Zébévi dans les milieux environnants. Avant le Lycée, à l’exception des habitants du milieu, personne d’autre ne le connaissait. La construction du Lycée, un véritable joyau pour la préfecture a drainé une immense foule d’élèves venant des localités environnantes pour la poursuite des études secondaires.

Certains dignitaires de la localité ont eu l’idée de développer des logements scolaires pour la location, aux prix variant entre 3000 et 4000 Fcfa le mois. Ces logements n’ont cessé d’évoluer suite à l’afflux qui continue vers le Lycée de Zébévi. Certains enseignants aussi ont commencé par y construire des habitations.

Lycée de Zébevi a changé le visage du milieu

"Après l’obtention de mon BEPC en 1999, presque toute ma promotion et moi avons dû poursuivre nos études au Lycée d’enseignement général de Zébévi par manque de lycée chez nous à Kpémé. Le lycée étant à 20 km de notre résidence, nous avons pris une chambre à Abalo Kondji qui est à 300 mètres du lycée. Nous cohabitions avec les élèves provenant d’Attitogon, Ganavé, Zébé, Glidji et Aného même. A l’époque, la localité n’était animée qu’en période scolaire. En vacances, tous les élèves rejoignent leurs localités de provenance", raconte un ancien élève du Lycée.

Aujourd’hui, Abalo Kondji est animé à tout moment. Même si le Lycée de Zébévi n’a plus de renommée à cause de la construction des lycées dans presque tous les milieux, la localité continue d’évoluer.

De nouvelles infrastructures ont été installées et des maisons à plusieurs niveaux ne cessent de pousser comme des champignons. Beaucoup de personnes ont vite ressenti le développement de la localité et ont décidé d’y investir.

Il fait aussi beau vivre à Abalo Kondji. Le cadre n’est pas encore saturé comme à Aného, chef-lieu de la préfecture qui est une vieille ville entièrement construite. Certains natifs d’Aného y ont aussi construit par manque de terrain et pour sortir du cadre saturé de la ville.

Il faut reconnaître que la mise en place des infrastructures contribue au désenclavement et au développement des milieux ruraux. Dans ce cas précis, le Lycée de Zébévi a été un atout favorable dans le désenclavement et le développement d’Abalo Kondji.

Pour accéder à la localité, il suffit de demander à celui qui ne la connaît pas de vous indiquer le lycée de Zébévi et vous y êtes. Des initiatives et actions de ce genre doivent être multipliées par le gouvernement togolais pour le désenclavement des milieux ruraux, une des conditions pour l’épanouissement des populations rurales.    

----------

Touré I.

 

Mots-clés :

Votre avis