Échange de paraphes entre Khadidia Diabi et Yaya Sani

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et l’Etat Togolais ont signé lundi à Lomé des accords de financements (prêt et don) d’un montant de 16,63 milliards F.cfa dans le cadre du projet de transformation agro-alimentaire (PTA-Togo).

L’accord de prêt et don ont été signé, coté BAD par la représentante résidente, Khadidia Diabi et Yaya Sani, ministre de l’économie et des finances en présence de son collègue en charge de l’agriculture,  Ouro-Koura Agadazi.

En clair, le don s’élève à 3,67 milliards F.cfa et est à mettre à  l’initiative du Fonds Africain de développement (FAD) du groupe de la BAD.

L’accord de prêt de la BAD et du FAD représente 6,59 milliards et l’accord de prêt du FAD porte sur 6,37 milliards F.cfa. La cagnotte fait au total 16,63 milliards F.cfa.

Lire aussi : Que réclame le gouvernement des bénéficiaires de l’agropole de Kara ? 

Mieux comprendre ce qui va se faire?

Le projet de transformation agro-alimentaire du Togo (PTA-Togo) est un projet pilote mis en œuvre dans le cadre du plan stratégique de développement des agropoles au Togo (2017-2030) et de l’initiative Nourrir l’Afrique (2016-2025).

Le projet vise à créer dans la région de la Kara, les conditions favorables à l’investissement privé notamment, dans la transformation des produits agricoles, la fourniture d’intrants et de services  agricoles.

Les résultats attendus sont : l’accroissement de la productivité et la production agricole des filières de substitution aux importations (riz, maïs, soja ; poulet de chair) et d’exportation (noix de cajou et sésame).  

L’augmentation de la part des produits agricoles transformés sur place (de 19% à 40%) grâce aux investissements privés dans l’agro-parc (9000T/an de riz paddy, 15000T/an de maïs, 10000T/an de soja, 20000T/an de provende, 10.000T/an de noix de cajou et 10 000T/ an de sésame, production de 3 millions de poussins/an, abattage de 2 millions de poulets de chair/an, le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, la création de la richesse et de l’emploi pour les jeunes et les femmes.

Le projet bénéficiera directement à environ 303.000 personnes dont 51% de femmes et indirectement à la population de la région de la Kara et à l’ensemble du pays.

L’impact recherché est de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations et de leurs revenus grâce notamment à un meilleur accès aux marchés, aux intrants agricoles, aux services agricoles et aux financements

Lire aussi : Agropole pilote de Kara, le secteur privé pose ses conditions

Le projet prévoit également l’accroissement des investissements privés favorisé par un environnement des affaires plus favorable à la mise en place d’infrastructures dans l’agro-parc, l’augmentation des capacités de production agricole grâce aux infrastructures prévues (barrages, périmètres irrigués, pistes), le renforcement des capacités des exploitants, à travers les 10 centres de transformation agricole (CTA) multi-usages (intrants, équipements agricoles, agrégation des récoltes).

Le PTA sera exécuté suivant l’approche chaine de valeur, à travers un partenariat entre l’Etat (facilitateur et régulateur), le secteur privé (promoteur) et les organisations professionnelles agricoles.

Lire aussi : 6 milliards des 64 sont mobilisés par l’Etat Togolais

Le PTA sera mis en œuvre pendant 5 ans pour un coût de 35,19 milliards dont 22% de dons, le tout financé par le gouvernement, la BAD, la BOAD et la fondation Seamaul.

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. Moussa rachide say:

    Je propose un tel projet dans la région des savanes et surtout dans la préfecture de l'oti. Le gouvernement doit réfléchir à une telle proposition pour que ce projet puisse vraiment être bénéfique au togolais

    28/08/2018 14:01:01

Votre avis