Le ministre de l'agriculture BATAKA (2ème à droite) recadrant le débat

En visite dans les commissions, le ministre de l'agriculture et la production animale et halieutique, Noël Koutera BATAKA constate avec regret que les acteurs perdaient du temps dans le bavardage. Le débat a été recadré à chaque niveau.

"On a déjà vos rapports. On connait vos diagnostics. Ceux dont nous avons besoin ici, c'est les chiffres d'affaires. Discutez opérationnel de manière concrète", recadre le ministre martelant que les tables filières ne sont pas des ateliers de discussions où il faut parler des problèmes.

Il a ainsi invité les différents acteurs à plutôt travailler sur des chiffres.

"Sortez un compte d'exploitation. Comment on fait pour ramener les jeunes dans la production. On veut faire 1000 ha, comment on fait ? Qu'attendez-vous de la recherche ou de la vulgarisation, qui va vendre quoi à qui ? Et qui va acheter quoi auprès de qui, à quel prix ? Discutez avec les banquiers et présentez-nous des modalités de contrat", ajoute-t-il.

Les privés ont eu pour leur dose !

Les opérateurs privés ont constaté à leur dépend que le ministre les a amenés à Kara pour voir comment est-ce qu’elles peuvent se développer sans l’Etat.

"À l’intérieur des filières il y a tellement de l'argent mais on attend tout de l'Etat. Parce que c'est l'Etat qui vous dirige, vous êtes dans une constipation. Discutez en entrepreneurs, plus l'Etat va être loin dans vos activités mieux vous allez vous comportez", suggère-t-il. 

En gros, ce sont les modalités de transactions et de contrat que le ministre BATAKA souhaite voir à la sortie des travaux en commissions sur les tables de filière.

--------------

Envoyé Spécial à KARA, ANANI E.

1 Contribution(s)

  1. Marius BAGNY say:

    Voilà un Ministre qui est dans le concret et qui pose les problèmes , clairement et directement. La transformation réelle de notre Agriculture passer à l'échelle, passe par la transformation des esprits et pensées des divers acteurs, en commençant par les producteurs. Les gens doivent penser et réfléchir en entrepreneurs.

    12/04/2019 12:23:02

Votre avis