DJITENA Togaba encourage la jeunesse de Kara à entreprendre

Pour y arriver, le Directeur Régional de l’Agriculture et de la Production Animale et Halieutique de la Kara convie les braves fils et filles de son milieu à un changement de mentalité.

"Il faut d’abord enlever de la tête des jeunes que travailler se résume à être fonctionnaire. Ensuite, leur inculquer que le secteur agricole regorge de la richesse. Il suffit qu’ils commencent avec leur petit moyen et au vue des résultats, ils pourront bénéficier d’un accompagnement", conseille-t-il d’entrée de jeu.

Dans une région où il estime que la disponibilité des sols est mal gérée, M. DJITENA n’est pas du tout surpris que les populations ne pratiquent qu’une agriculture de subsistance.

"Si les sols étaient bien gérés, les gens pouvaient faire une agriculture commerciale et tirer de ça leur part de subsistance et vendre les excédents pour avoir de l’argent et faire face aux autres problèmes de la vie tels que la scolarité des enfants, la santé", fait-il savoir.

En termes d’élevage, le directeur signale que la viande du porc est très bien appréciée mais qu’il faut que les gens vivent de ce qu’ils font.

Lire aussi : Le cochon n’aime pas le désordre

"Il faut donc aider les éleveurs à choisir les espèces de croissance rapide avec de gabarit important et à adopter les meilleures techniques d’élevage afin de bien rentabiliser", suggère-t-il.

Les spécialités phares dans la région de la Kara sont le maïs, le sorgho, le haricot et le voandzou, le mil, l’igname et les arachides.

"La région étant montagneuse, il faut aussi qu’on reboise par les anacardiers qui vont donner des fruits qu’on va transformer dans le parc agropole. Et puis, cesser les feux de brousse si non, d’ici cinquante ans nos enfants ne pourront pas vivre", prévient le Directeur Régional de l’Agriculture à Kara.

Votre avis