Mme Essoham SAMAH-SIZING, chef canton de Pya

"Des jeunes diplômés en chômage ont pris sur eux la volonté de travailler la terre", témoigne à agridigitale, Essoham SAMAH-SIZING, chef canton de Pya (nord-Togo).

Elle marque un point d’honneur aux cadres de la région qui ont plaidé favorablement en vue de l’implantation de Zone d'Aménagement Agricole Planifiée (ZAAP) et d’autres projets agricoles qui permettent d’occuper les jeunes du canton.

"En 2018, ils ont cultivé le maïs, haricot et cette année, ils pensent ajouter l’anacarde et le maraîchage", ajoute SAMAH-SIZING.

Qui pour offrir de l’eau potable à Pya ?

Composé de huit villages au total à savoir Lao, Akeï, Kioudè, Tchamdè, Pittah, Awidina, Kodah et Kadjika, le canton de Pya est à la recherche d’une bonne volonté pour satisfaire les besoins en eau potable de ses populations.

"Notre premier besoin dans le canton c’est l’eau. Dans la montagne, les forages n’arrivent pas à percer les roches pour trouver de l’eau et dans la plaine aussi le problème persiste dans les zones d’extension aussi bien que dans les anciennes agglomérations où les gens sont obligés d’utiliser les anciens puits. Donc, c’est presque tous les villages qui sont touchés par ce problème", explique-t-elle, l’air un peu soucieuse. 

Elle reconnaît que "par la régie des eaux, il y a des adductions et des forages que l’hydraulique a fait mais, certains forages sont en panne, d’autres ne donnent pas assez d’eau".

"Malgré les efforts du gouvernement, ça ne suffit pas parce que la population augmente au jour le jour et il y a toujours des besoins en eau potable. Donc, nous sommes en train de solliciter des ONG pour compléter ce que le gouvernement a fait", signale la cheffe canton.

Mots-clés :

Votre avis