Stepanka Gallatova

En 2016, un document résumant les principales constatations de cette étude a été publié sur le site de cette organisation onusienne en charge de la sécurité alimentaire dans le monde.

La FAO reconnait qu'il est avantageux que le secteur public et le secteur privé travaillent ensemble pour stimuler une croissance agricole inclusive en Afrique.

"En Afrique, le PPP dans le développement de la chaîne de valeur est indispensable car il permet l'inclusion et la participation de petites entreprises dont le gouvernement peut se servir pour améliorer les revenus, l'emploi ainsi que la sécurité alimentaire, qui sont généralement les objectifs poursuivis par les gouvernements africains", relève Stepanka Gallatova, chargé des infrastructures et agro industries à la FAO.

Ainsi, les avantages escomptés des partenariats public-privés (PPP) est qu’ils doivent réellement apporter de l'innovation dans le secteur agricole et également consolider l'accès au marché et la participation des petits exploitants.

"Le travail que nous accomplissons avec l’Union Africaine consiste réellement à aider le secteur privé national africain à s’impliquer davantage dans le programme de développement agricole",  confie Mme Stepanka à Agridigitale lors de son passage à Lomé.

Toutefois, il y a encore des défis qu’il faut obligatoirement relever pour réellement favoriser le secteur privé local.

Lire aussi : L’Afrique ne s’en sortira pas avec les financements des gouvernements

Il s’agit des questions liées entre autres au manque de cadres institutionnels et réglementaires solides pour protéger les locaux vis-à-vis des transnationaux d’une part, et le renforcement des capacités et le regroupement de ces petits exploitants pour réduire les coûts de transaction ou favoriser l’accès au marché et au financement.

"Le secteur public ne peut pas à lui seul, fournir les investissements nécessaires à la transformation du secteur agricole et le secteur privé pour qui, l'agriculture est un domaine très risqué a donc besoin de l'aide du gouvernement", souligne –t-elle.

Votre avis