Ahlonko SANVEE

Et ce travail de pédagogie est menée par l’Agence Nationale de Promotion et de Garantie de Financement des Petites et Moyennes Entreprises (ANPGF) qui a initié mercredi à Lomé les jeunes chefs d’entreprises à l’élaboration des états financiers suivant la norme SYSCOHADA révisé.

Que l’entreprise soit dans le secteur agricole, agroalimentaire ou dans n’importe quel domaine, l’harmonisation du droit des Affaires (SYSCOHADA) exige de chacune des entreprises à faire le bilan de ses activités à la fin de l’année, à la fin d’un exercice.

Lire aussi : L’ANPGF ne joue pas avec la qualité

"Il s’agit en fait d’un outil de transparence pour l'État à travers le fisc et pour tous ceux qui participent à la vie de cette entreprise. Il renseigne le propriétaire sur l'évolution de son entreprise et aide dans les prises de décision ", explique Ahlonko SANVEE, Formateur et contrôleur de gestion.

Le consultant-auditeur ajoute que "la tenue des états financiers permet à tout moment d’avoir une idée précise sur  le montant du patrimoine et de comment évolue l'activité d'une entreprise".

"Quel que soit le type d'entreprise, nous avons besoin de la comptabilité. C'est comme une canne blanche pour les non-voyants", a martelé le formateur.

Votre avis