Visite du site de l'usine en construction (crédit Ambassade de France à Lomé)

L’initiative est portée par l’entreprise togolaise Jus Délice créée en janvier 2017 et qui est arrivée à lever les ressources auprès des investisseurs français, dont le fonds MORINGA (fonds capital-investissement spécialisé dans les projets d'agroforesterie en Afrique subsaharienne et Amérique latine) ; l’entreprise BONABIO, leader français de l’importation de fruits tropicaux bio etc.

Le Fonds MORINGA, majoritaire dans l’actionnariat apporte à lui seul, les 2/3 du capital, soit 2 des 3 millions d’euros nécessaires à la construction et au démarrage des activités de l’usine.

Ce partenariat franco-togolais devra aboutir à la production du pur jus d'ananas haut de gamme, pressé à partir d'ananas bio frais, très prisé sur le marché européen.

"Sur le site retenu pour la construction de l’unité de transformation ultra moderne, le chantier avance à grand pas", ont noté lundi  l’ambassadeur de France à Lomé, Marc Vizy, Gustav BAKOUNDAH, président du conseil d’administration de Jus Délice et Jean-Paul CASSIN, Directeur Général de cette même entité à la suite d’une visite de chantier.

Lire aussi : 1 hectare d’ananas rapporte 9 millions F.cfa

Selon les statistiques, 600.000 tonnes d’ananas sont produites annuellement au Togo et une partie de cette matière première brute sera transformée localement pour non seulement apporter une plus-value à la filière fruit mais aussi en termes de création d’emplois.

Pour faire tourner l’usine, les promoteurs comptent sur les producteurs regroupés en coopératives et repartis dans les filières ananas, mangues, oléagineux et papayes.

"Jus Délice, qui dispose de l’agrément zone franche, exportera l’intégralité du jus d’ananas bio vers le marché européen et tentera, à terme, de diversifier ses productions", informe lundi le site de l’ambassade de France à Lomé.

Autrement dit, les togolais n’auront pas accès à ce jus produit localement chez eux. Seul bémol, selon les dispositions de la zone franche togolaise, 80% de la production est exportée et 20% reversée sur le marché local.

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. Marius BAGNY say:

    Bravo et Merci aux initiateurs et investisseurs qui par ce projet en cours de réalisation, contribuent au développement du tissu industriel togolais. Nous pensons bien que dans les 20% de la production réservée au marché local, nous aurons la chance de déguster ce jus avec fierté.

    20/11/2018 13:01:33

Votre avis