Didier Guillaume, ministre Français de l'Agriculture (image bfmtv.com)

Il fait partie de ceux qui pensent que chauffer sa serre pour produire des tomates en plein hiver n’est pas compatible avec l’agriculture biologique.

 "Il y a un débat, aujourd'hui, qui nous interroge beaucoup, (...) c'est celui du chauffage des serres. Je ne suis pas favorable au chauffage des serres, parce qu'il faut respecter les rythmes biologiques", a déclaré le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume, rapporté par www.boursorama.com.

"Nous devons être très clairs, on mange des produits alimentaires de saison, on ne mange pas des fraises en décembre, on ne mange pas des pêches en janvier, ça, c'est la règle de base", recadre le ministre.

Sur le www.commodafrica.com, c’est l’industrialisation de la farine et de l’huile de poisson en Afrique de l’Ouest, plus précisément en Gambie, en Mauritanie et au Sénégal qui inquiète l’ONG Greenpeace.

Dans un nouveau rapport intitulé Poisson détourné – La sécurité alimentaire menacée par l’industrie de la farine et de l’huile de poisson en Afrique de l’Ouest, l’ONG estime que le développement de ces industries dans ces trois pays, tournées vers l’exportation menace non seulement les stocks des poissons mais aussi affecte les moyens de subsistances et la sécurité alimentaire des populations locales.

"Des décennies de surpêche et d’incurie gouvernementale ont entraîné la dégradation des réserves halieutiques régionales. Aujourd’hui, avec le développement de l’industrie de la farine et de l’huile de poisson, le problème atteint un seuil critique : le poisson est détourné de l’assiette des populations au profit de fermes piscicoles, porcines ou avicoles dans des marchés lointains. Les produits de la pêche, qui autrefois bénéficiaient aux pêcheurs artisans et aux femmes transformatrices, permettaient de nourrir les familles les plus démunies ; ils sont désormais exportés pour alimenter des exploitations d’animaux d’élevage. Cela n’a pas de sens", déclare dans un communiqué Ibrahima Cissé, responsable de la campagne Océans de Greenpeace Afrique, à lire sur www.commodafrica.com.

Toujours sur le www.commodafrica.com, on apprend que la Côte d'Ivoire lance un appel à projets pour la transformation de l'anacarde en vue d’accompagner financièrement les candidats à transformer l'anacarde.

Cet appel à projet rappelle le site, fait suite au lancement du mécanisme des Subventions à coûts partagés (SCP) du Projet de promotion de la compétitivité de la chaîne de valeur de l’anacarde (Ppca) en début de semaine, par le directeur général du Conseil coton anacarde, Adama Coulibaly.

Le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) craint une "génération perdue" de jeunes ruraux titre www.slateafrique.com.

"Nous sommes très inquiets de créer une génération perdue de jeunes gens" en Afrique subsaharienne, où "le nombre de jeunes ruraux va augmenter de 70% d'ici 2050, à 174 millions contre 105 aujourd'hui", a déclaré à l'AFP le vice-président adjoint du FIDA en charge de la stratégie, Paul Winters rapporté par le site.

Mots-clés :

Votre avis