Noël Koutera BATAKA

"Je n'y arriverai jamais seul", a-t-il fait savoir d’emblée rappelant que sa feuille de route est pourtant très simple, celle "d’assurer l'amélioration des revenus des acteurs des chaînes de valeur agricoles et la création massive d'emplois pour les jeunes".

"La vision du gouvernement est de voir émerger d'ici quelques années des champions dans l'agro-industrie au Togo", martèle M. BATAKA.

Lire aussi : Noël BATAKA a du pain chaud sur la planche

Pour y arriver, il interpelle tous les acteurs à "sortir des rhétoriques de récriminations et des critiques sans propositions" et appelle à plus de "concentration sur du concret avec des résultats qui pourront être tangibles et palpables d’ici un an".

"Nous sommes capables d'y arriver", lance –t-il très persuadé.

MIFA n’est pas une banque !

La précision est de taille pour éviter les amalgames. "Que ceux qui ont des marchés pour servir de débouchés pour les producteurs les expriment. Que ceux qui ont des solutions innovantes de services à développer les expriment", invite –t-il.

Lire aussi : Voici les conditions à remplir pour être éligible au MIFA

"Il ne s'agit pas de faire des offres pour le MIFA mais pour les acteurs de chaînes de valeur agricoles. MIFA n'apporte pas de subventions et ne vend ni n'achète rien", recadre le ministre BATAKA.

Freiner l’exode rural des jeunes

En visitant en début de semaine les points de retenue d’eau dans la région des savanes (nord-Togo), il a relevé que les ouvrages permettront de tirer de meilleurs revenus et de développer diverses cultures.

"Les jeunes qui partaient en exode rurale reviennent et préfèrent s’installer pour valoriser ce joyau que le gouvernement met à leur disposition", avait-il salué.

Lire aussi : 6 retenues d’eau pour accroître les surfaces irriguées dans les savanes

Il a souligné que dans le cadre du "mandat social prôné par le président de la république, la finalité est d’améliorer les revenus des producteurs et de créer d'avantage d'emploi pour les jeunes et les opportunités de développement socio-économique des milieux".

"La vision du chef de l’État traduit dans l’axe2 du plan national de développement (PND) vise à transformer le secteur agricole par la mise en œuvre tout un ensemble de mesures plus cohérentes avec l'ensemble des départements ministériels pour valoriser tout le potentiel qui existe dans les chaînes de valeur maraîchères et agricoles", indique-t-il.

Le Programme National d’investissement agricole, de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) servira alors de socle pour la transformation structurelle de l’agriculture togolaise.  

Votre avis