Thierry Feraud, Directeur général de la Brasserie BB Lomé.

Il affirme que sa société avait même anticipé sur le Plan National de Développement (PND) en s’engageant dans des initiatives visant à soutenir des producteurs locaux, surtout, les producteurs de riz.

"Avec le PND et le Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA), nous comptons en faire davantage", souligne –t-il dans cet entretien.

Agridigitale.net: Dites-nous, qu’elle sera la contribution réelle de la BB Lomé au PND?

Thierry Feraud: On a déjà anticipé depuis trois ans sur  le plan national de développement qu'on connaissait entretemps sous le nom de programme de développement du gouvernement.

Depuis 2016, la BB est dans ce domaine pour dynamiser l’agriculture par l’achat de riz local pour une partie de la production de la bière. En moins de deux ans, nous avons créé au moins 10 000 emplois indirects, soit dix mille salaires mensuels, dix mille familles qui vivent de la production de riz que nous achetons.

Un togolais qui prendra une "bière Pils" par exemple fait vivre une famille ; c’est ce qu'on appelle une économie circulaire. Aujourd’hui, nous nous engageons à multiplier des achats pour arriver à des tonnages supplémentaires pour créer en trois ou quatre ans, 50 000 emplois soit 10% des objectifs du PND. 

Donc, le développement du Togo, on y participait, on y participe et on y participera encore pour le développement de l’agriculture rural notamment les rizeries.

 Agridigitale.net: Le PND est devenu un leitmotiv. Vous y croyez?

Thierry Feraud: Absolument que j'y crois beaucoup. Il est très simple. Pour une fois on n'a pas 450 pages à lire sur un PND, mais c'est sur un slide facile à comprendre et facilement accessible.

Avec le dynamisme des ministres du commerce et de l’agriculture, je suis optimiste que ce PND réussira et il réussit déjà à commencer déjà par créer de l'emploi. Nous achetons mille tonnes par an et chaque année, nous augmentons la quantité afin d'arriver dans trois à quatre ans entre 12000 et 15000 tonnes par an.

Agridigitale.net: Vous étiez également au forum Togo-UE qui vient de s’achever. Vous cherchez également des investisseurs ?

Thierry Feraud: Nous étions au forum pour montrer aux futurs investisseurs et aux bailleurs que nous sommes une entreprise privée complètement impliquée dans l’économie togolaise.

Certes, on dira que nous sommes une vielle entreprise, mais chacun, dans son domaine, peut aussi participer selon ses moyens et selon ses ambitions. Donc, c'est pour montrer aux éventuels investisseurs que le Togo est une terre d’accueil.

Agridigitale.net: Après 50 ans au Togo, comment se porte la BB Lomé?

Thierry Feraud: La brasserie est une vieille institution comme on le dit. Elle a eu deux vies, une avec les allemands et une autre depuis 1992 avec mon groupe.

À ce jour, la bière togolaise se porte au mieux dans la mesure où nous investissons 5 et 8 milliards par an afin de mettre aux normes l'outil industriel sur nos trois usines notamment Kara, Anfoin et Lomé.

Le marché est ce qu'il est mais on essaie de répondre à la demande des clients avec des produits qualitatifs correspondants au pouvoir d'achat. Le commerce avec l'industrie est difficile mais il faut tout faire pour être à la hauteur, si bien que la bière produite au Togo est de qualité.

-----------

Visitez le site de la BB Lomé

Mots-clés :

Votre avis