Noël Koutera BATAKA, ministre togolais de l'agriculture

"Nous n’irons pas au forum pour trop discuter, mais pour faire des affaires", avait-il mentionné lors d’une conférence de presse lançant le forum à son cabinet à Lomé.

"Ceux qui veulent financer leurs projets, vendre leurs produits, et même ceux qui veulent acheter les produits, vous êtes tous conviés à bien vous préparer pour ne pas louper une seule seconde d’affaire", avait-il lancé.

Il dévoile que pour cette édition, "chaque filière aura ses contrats commerciaux qui seront déposés séance tenante".

Que va-t-il se passer au forum ?  

Déjà, cette année, la foire a démarré 3 jours avant le forum et qui bat actuellement son plein, permet aux différents acteurs de faire valoir leur savoir-faire.

Ensuite, le format de discussions lors du forum a connu aussi des aménagements.  Il s’agira dès demain, d’un dialogue direct entre acteurs dans les chaînes qui seront organisés par filière.

Lire aussi : Paysans du Togo, rendez-vous ce 11 avril à Kara

L’acheteur, transformateur, et même le commerçant vont devoir se retrouver à discuter avec l’agriculteur qui va exprimer ses besoins (en équipement, en intrant, en main d’œuvre et en service).

"Il sera produit des modèles de contrat entre les producteurs, les fournisseurs d’intrants, les prestataires de service, les transformateurs et les commerçants. Tout ceci dans un format de dialogue serein. Une fois que les décisions seront prises, ils iront consacrer cela dans un document consensuel  que nous appelons les contrats programme et l’Etat va dévouer son engagement à les accompagner pour réaliser leur objectif", détaille M. BATAKA.

Enfin, l’édition 11 du forum met en exergue trois filières : manioc, sésame et fonio. 

"On voudrait pour le manioc voir toutes les potentialités qu’il regorge. C’est l’occasion aux spécialistes de cette filière de venir présenter leur ingénierie et innovation sur le manioc. Le sésame par rapport aux opportunités en débouchés sur le marché international, l’un des produits phares que va abriter l’agropole pilote de Kara.  Le fonio national pour ses valeurs nutritives et ses propriétés organiques", souligne le ministre BATAKA.

Votre avis