Abla ALATE, en a fait son principal job depuis 17 ans.

Sur la route allant à Aneho (sud-est de Lomé), Agridigitale a rencontré cette revendeuse du jus de coco qui a déjà servi depuis 2001, plusieurs centaines de clients de Coco.

Approvisionnement

Nous nous approvisionnons à Kpogan, Gbodjomé, Dévikinmé, Agodékè, kpessi, Nimagna, Agovoudou (sud-est du Togo).

Des fois, les propriétaires des cocotiers viennent nous livrer directement mais généralement, il y a des  grossistes qui vont s’approvisionner chez eux pour revenir nous livrer à crédit.

Ils nous livrent la quarantaine à 3000F.CFA. Mais avant cette même quantité nous revenait à 1200F.CFA. Ils reviennent chercher leur argent juste après la vente.

Le marché

Nous avons deux façons de faire écouler nos produits. Soit on se promène avec les noix de coco dans une cuvette sur la tête, soit on reste surplace.

Dans tous les cas, il faut être sous le soleil pour gagner des clients qui doivent prendre le jus pour étancher leur soif. 

Bien souvent, quand  on se promène avec les noix de coco sur la tête, on a des douleurs aux bras, à la hanche, aux côtes et au cou.

Pour éviter ces douleurs,  personnellement, je ne me promène plus. Mais, cela ne m’empêche pas d’écouler en moyenne 120 unités par jour contre environ 80 unités auparavant. 

Et ça marche!

Le business du jus de coco, ça marche car les clients sont toujours au rendez-vous.

Sur ces cinq dernières années, l’engouement des populations vis-à-vis du jus de coco a nettement augmenté.  Parait-il qu’il regorge de nombreux nutriments et vitamines favorables à la santé.

J’ai même des clients qui s’approvisionnent pour cinq jours ou une semaine.

La densité de la demande a fait que le prix a aussi augmenté.  La même taille qui coûtait 50 ou 75Fr auparavant se vend aujourd’hui entre 100  et 150F.

C’est avec cette activité que je m’occupe de la scolarité de mes quatre enfants. C’est très bénéfique la vente du jus de coco.

* Adrutor, Maplé-Adru (en langue parlée en pays Ewé au sud-Togo, cela signifie, vendeur de coco, vendez moi du coco. Généralement, c’est de cette manière les clients appellent les revendeuses. 

Votre avis