Les producteurs du Togo s’engagent à capter ces devises importantes.  Le marché de l’Union européenne (UE) et de l’Asie est toujours preneur. Ce qui reste à faire, c’est de s’organiser, lancer la production à grande échelle.

Concept Calafi soja 24

Sur le marché du soja bio au Togo, la société Calafi, spécialisée dans le transfert de technologie agricole vient de lancer un concept révolutionnaire baptisé « Calafi soja 24 ».

Le concept vise à regrouper 25 mille producteurs pour atteindre l’objectif de 48 mille tonnes à la fin de la campagne 2018-2019, soit près de 9 milliards FCFA de chiffre d’affaires aux producteurs.

« Il s’agit de permettre aux producteurs d’avoir une assistance technique 24h/24 et un débouché sûr pour l’écoulement de leurs produits », explique Lambert Nayanté, Directeur Général de Calafi au lancement de la campagne dans la préfecture de Yoto (90 km au sud-Togo).

« Nous allons produire du soja selon les principes de l’agriculture écologique et biologique basés sur la garantie participative de tous les producteurs sans toutefois recourir à des certifications étrangères -Ecocert, certisys-. Ces certifications coûtent énormément et sont sources de spéculation sur le soja certifié », a-t-il martelé.

Les producteurs de soja de la préfecture de Yoto adhèrent au concept

Dans la préfecture de Yoto,  les producteurs sont regroupés en 80 groupements de 25 membres exploitants chacun 2 hectares. « 3.500tonnes de soja sont attendus de la campagne 2018-2019,  soit un chiffre d’affaires de 600 millions FCFA pour les producteurs de cette localité », ajoute M. Nayanté.

Soja bio : des recettes qui font saliver

Pour la première campagne du concept « Calafi soja 24 », 25 mille producteurs seront mobilisés sur toute l’étendue du territoire pour produire 48 mille tonnes de soja bio avec à la clé, près de 9 milliards de chiffre d’affaires aux producteurs attendus.

Selon les acteurs de la filière, le soja bio est une filière porteuse pour les agriculteurs à condition que les producteurs adhèrent à une caution solidaire et respectueuse de l’environnement.

La caution solidaire s’explique par la solidarité morale des groupements de producteurs à respecter la production du soja en suivant les itinéraires techniques de la production  biologique et écologique sans toutefois recourir à une certification étrangère.

« Nos pays n’ont pas un label de certification reconnu par les potentiels acheteurs du soja et ce qui est bio ici peut ne pas l’être ailleurs », souligne M. Nayanté.

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. NANDARE Difiague say:

    Je suis originaire du nord du Togo. Mes parents une quantité importante du soja et jusqu'à l'année dernière la vente se faisait avec les bonnes dames. Je voudrais alors si c'est de votre volonté travailler avec vous pour la campagne de 2018 -2019. La vente à déjà commencé chez nous

    08/11/2018 14:57:35

Votre avis