Les panélistes: Yaovi Guinne tenant le micro (D) et à côté, Ismaël Tanko

Intervenant sur le 1er panel du Salon des Technologies et de l’Innovation de Lomé (STIL), Ismaël Tanko explique que "80% de sa communication pour la promotion de ses produits se fait via le numérique".

Lire aussi : Mon challenge, c’est d’offrir des purées de tomates aux familles à revenu modeste

Il a par exemple cité, les réseaux sociaux tels Facebook, Twitter, WhatsApp, Telegram etc. qui l’aident dans la prise de décision.

"Même quand je ne suis pas au pays, je peux suivre toute l’équipe via le numérique. Grâce aux réseaux sociaux, j’arrive à acquérir la matière première et je vends mes produits via les mêmes réseaux", a-t-il dévoilé.

Lire aussi : Le numérique, quel impact sur l’agro-business ?

Pour sa part, Yaovi Guinne a exposé l’apport indéniable du premier journal d’intelligence économique agricole en Afrique Agridigitale à tous les acteurs de la chaine de valeur.

"Le journal met à la disposition des acteurs de la chaîne des valeurs, des informations fiables leur permettant de pouvoir prendre de bonnes décisions", a-t-il laissé entendre.

Il a aussi fait part des contenus de qualité diffusés chaque jour par le journal et qui touchent des milliers de lecteurs chaque jour au Togo, en Afrique et dans le reste du monde.

"En quelques mois, les lecteurs ont adopté agridigitale faisant de ce média en ligne l’un des plus viables au Togo et en Afrique", a ajouté l’agroeconomiste.

De la publication des histoires de réussite (succes history), aux meilleures pratiques de s’enrichir dans le secteur de l’agriculture et de l’élévage, agridigitale est devenu un puissant outil d’information à la disposition de la jeunesse africaine.

Lire aussi : QUI SOMMES NOUS

Le challenge pour les jeunes animateurs du journal est d’atteindre des millions de jeunes africains qui utilisent un smartphone et qui s’intéressent à l’agriculture à avoir l’information de qualité en temps réel.

Aussi, a-t-il insisté, le journal sert d’outils crédibles pour les gouvernants et les bailleurs de fonds de s’assurer de la bonne évolution des projets financés et de l’impact sur les bénéficiaires.

"Toute la jeunesse africaine doit faire de agridigitale son parchemin, lire et faire lire ce journal partout dans le monde", a-t-il lancé exhortant les participants au salon à visiter le site du journal accessible sur le www.agridigitale.net ou le www.agridigitale.tg .

Votre avis