Le secteur agricole contribue à hauteur de 32% au PIB net et constitue un véritable moteur de croissance, un instrument efficace de lutte contre la pauvreté.

«La mutation du secteur agricole vise à promouvoir l’essor des industries de transformation agricole et la multiplication des Petites et Moyennes Entreprises (PME/PMI) et même de très petites entreprises », a reconnu mercredi, le chef du gouvernement, Komi Sélom Klassou lors d’une séance de travail avec une mission de la Banque africaine de développement (BAD).

Cette mission conduite par Mamadou KANE, Ingénieur en Chef auprès de la BAD, a noté avec satisfaction les avancées du Togo dans la concrétisation de la phase pilote du projet agropole de Kara (nord-Togo)  qui vise notamment la modernisation de l’agriculture togolaise.

Mamadou KANE, Ingénieur en Chef auprès de la BAD (milieu)

Outre la BAD, les représentants de la Banque Ouest africaine de Développement (BOAD) et de la Fondation Saemaul Globalization de la République de Corée, partenaire sur le projet ont participé à la séance du travail qui intervient à la suite d’une évaluation sur le terrain.

«La mission a passé en revue tout ce qu’il fallait et noté avec satisfaction beaucoup d’avancées en terme d’engagement des populations rencontrées sur le terrain qui sont prêtes à aller de l’avant. Nous espérons que la suite des engagements seront tenus de part et d’autre, de manière à pouvoir aller au Conseil d’Administration de la banque fin juin 2018. Nos partenaires se sont également engagés à ce que le projet soit examiné dans le respect du programme des Conseils d’Administration respectifs au mois de juin 2018», a indiqué  M. KANE.

Le projet pilote de la zone de transformation du bassin de la Kara a pour objectif d’opérationnaliser la stratégie de transformation structurelle de l’agriculture de la région, en vue d’une croissance inclusive visant la réduction de la pauvreté.

Le programme de développement des agropoles au Togo (PRODAT) et plus précisément du projet de la zone de transformation agro-alimentaire du bassin de la Kara nécessite un investissement de 64 milliards de F CFA dont près de 6 milliards sont mobilisés par le gouvernement.

La Bad, Boad et la Fondation Seamaul Globalization de Corée accompagnent le Togo dans la mobilisation des ressources en vue du bouclage du plan de financement. Il est attendu du secteur privé un apport de 20 milliards et c’est dans ce cadre qu’une journée de promotion de l’investissement dans l’agropole de Kara débute du 05 ou 06 avril à Lomé.

Mots-clés :

Votre avis