Selon certaines indiscrétions, la culture de pastèques serait énormément rentable.

Agridigitale a mené l’enquête auprès des producteurs et des spécialistes de ce fruit, très prisé partout dans le monde.  L’équipe du journal a aussitôt mis le cap sur Agbélouvé, village de Game Kové au Nord de Lomé.

Sur les lieux, Komlan Léo AKAKPO,  technicien principal de la Société d'Expertise et d'Exportation des Produits Agricoles (SE2PA) dont l’activité principale depuis des années, c’est la culture de pastèques.  

Etude de la rentabilité

Tout d’abord, sachez que la quantité de fruits produite sur un hectare est fonction du type de variété et du cas d’espacement.

Le temps du semis à la récolte varie selon les variétés. Pour le «Kaolack F2» et le « Sugar Baby », elle est comprise entre 75 et 80jours ; pour le « Crimson Sweet », elle oscille entre 85 et 95jours.

Avec les Kaolack F2, variété de moyenne  grosseur, on peut obtenir pour un espacement de 1 m X 1 m près de 9.000 fruits sur un hectare.

D’autres obtiennent 7.500 fruits sur un hectare pour un espacement de 2 m entre les lignes et de 1,3 m sur la ligne. Nous avons opté pour un espacement nous permettant d’enregistrer 6.000 fruits à l’hectare. Ce choix nous assure d’avoir des fruits d’une taille moyenne de 3 kg.

Le prix de vente est surtout fixé en fonction de la pénurie ou de l’abondance des pastèques. Avec un prix moyen de 100 F CFA par kilogramme de fruits, des fruits d’une grosseur moyenne de 3 Kg, une production moyenne de 6.000 fruits, on peut obtenir comme coût de revient moyen une somme de 1.800.000 F CFA par hectare.

Il est important de noter que pour cette variété (le Kaolack F2), la quantité de fruits maximum est de 20 tonnes par hectare mais tout dépendra des moyens mis en jeu et de la bonne conduite des activités.

La probabilité d’excéder cette limite est extrêmement faible. Pour obtenir un rendement maximal, vous devrez investir au moins 500.000 F CFA.

Cet investissement ne prend pas en compte le coût du terrain, ni le salaire du technicien, ni les charges commerciales et encore moins le prix de l'eau si c'est une culture avec complémentation d’eau.

La production et le marché

La production de la pastèque n'est pas compliquée. Le soleil et la chaleur sont des facteurs essentiels qui favorisent sa production. La pastèque n'est pas très exigeante en sols.

Elle s'adapte facilement, pourvu que le sol soit riche en matières organiques et bien drainé. C'est une culture de courte durée, moins de 3 mois du semis à la récolte.

La pastèque n’est pas trop exigeante en eau. On peut en produire tout au long de la saison pluvieuse. En saison sèche, il faut apporter de l’eau. La demande en eau de la pastèque augmente lorsqu’elle commence à produire des fruits car les fruits ont besoin d’eau pour bien grossir.

Le moment propice de production dépend du marché. Par exemple, nous avons constaté que la pastèque est très demandée en moment de fêtes, surtout les fêtes des congrégations musulmanes.

Aussi est-il important de rappeler que le prix de vente de la pastèque est fixé en fonction de sa pénurie ou de son abondance.

Les conseils

L'achat des semences certifiées garantie un bon rendement et limite les attaques des maladies. Il faut éviter de stocker la pastèque sur une longue période ; si c’est l’intention, il faut absolument choisir un milieu frais et sec, à l'abri des coups de soleil et de chaleur.

En agriculture, rien n’est statique, il y a toujours une marge positive ou une marge négative.

Le nombre de fruits par hectare n’est jamais standard. Ce nombre dépend de la conduite, de la grosseur voulue, de la fertilité du sol et d’autres facteurs.

C’est pour cela, Agridigitale vous conseille vivement de faire appel à des techniciens afin de ne pas vivre de malheureuses expériences dans la production de pastèques.

1 Contribution(s)

  1. GOMASSI BRICE say:

    Exellentes analyses , ils nous faut juste parvenir a mattre en carton du jus pur de pasteque et chercher a allimenter d'autres marcher de la sous region.. Ou juste cibler des marcher international produire du bio et maximiser nos rentrers de fonds dans le pays

    10/07/2018 16:35:16

Votre avis