Le rituel est observé ce vendredi à Lomé et en région où de jeunes plants ont été mis en terre, aussi bien par les officiels que par de simples citoyens. Le résultat attendu de cette opération "est de voir dans l’avenir un Togo vert avec une meilleure couverture forestière et un potentiel ligneux conséquent", rappelle André Johnson, ministre de l’environnement.

6500 ha étatiques reboisés en 5 ans

"Le taux de reboisement annuel qui était de l’ordre de 1 000 hectares dans les années 1980 est passé à 2 000 hectares en 2010 témoignant de la volonté politique du gouvernement et de la contribution des autres acteurs intervenant dans le secteur du développement forestier", indique le ministre de l’environnement.

Les statistiques sur le reboisement soulignent que plus de 6 500 hectares de plantations étatiques ont été réalisés ces cinq dernières années par le biais de l’office de développement et d’exploitation des forêts (ODEF). Les espèces plantées sur l’étendue du territoire sont en majorité le teck, l’eucalyptus, cassia, le khaya et d’autres essences locales (lingué,  ébène, faux teck, etc).

Les données récentes issues de l’inventaire forestier national montrent que la superficie totale des plantations qu’elles soient étatique, privé, scolaire ou communautaire est de 53 000 hectares. Les plantations de l’Etat s’étendent sur plus de 20.000 hectares contre 33 000 hectares de plantation des particuliers, scolaire et communautaire.

Pour le gouvernement, la pratique du reboisement a favorisé le développement des activités génératrices de revenus connexes. Il s’agit entre autres  de la production de plants à travers les pépinières, la récolte des semences forestières et fruitières, la vente de terreau, l’intensification de la création d’AGR et la création des emplois verts etc.

Le paradoxe

"Le Togo est confrontée à une forte dégradation de son couvert végétal qui tend à annihiler les efforts et initiatives de reboisement annuellement consentis dans le pays", regrette cependant le ministre André Johnson.

Face à cette situation, le Programme National de Reboisement (PNR) pour la période de 2017 à 2030 a été formulé avec l’appui de la FAO pour servir de cadre d’orientation stratégique et opérationnel de toutes les actions menées en matière de reboisement au Togo.

Il rappelle que "l’ambition du Togo est d’atteindre 30% de couverture forestière d’ici à l’horizon 2050". L’intensification du reboisement va selon lui contribuer à l’extension de la couverture forestière et à l’augmentation de la productivité des forêts existantes.

"Sur les 5 années prochaines, le PNR va s’appuyer sur les modèles d’intervention et les actions pilotes actuelles de reboisement au Togo pour aménager 300.000 hectares de forêts dont 34 400 hectares de nouvelles surfaces plantées et 265.600 hectares de forêts restaurées d’ici à 2021", annonce –t-il.

Votre avis