Signature des contrats avec les acteurs

"Cette convention entre la société KFB Group (Knowledge-Fusion Builders), la BTCI (Banque Togolaise du Commerce et d’Industrie) et le MIFA S.A devra permettre l’acquisition de 300 mini-tracteurs pour la création des sociétés de service de mécanisation", dévoile Aristide Agbossoumonde, le Directeur Général du MIFA S.A.

Autre bonne nouvelle, les discussions durant le forum ont abouti à des signatures de contrats entre producteurs et transformateurs d'une part et entre le ministère de l'agriculture et deux institutions financières (BTCI et ORABANK).

Il s’agira notamment de la mise en place d'un fonds de garantie placé sous la supervision du MIFA S.A d’un montant s’élevant à 6milliards FCFA.

"Des contrats dont le chiffre d'affaires pour les producteurs est estimé à environ 6 milliards de francs CFA ont été signés entre des producteurs, des transformateurs et des commerçants et le MIFA", détaille M. Agbossoumonde sur sa page Twitter.  

Lire aussi : Aristide croit en ses rêves pour le MIFA

Dans la foulée de cette messe agricole, et pour témoigner de la détermination du gouvernement à voir émerger de nouveaux champions dans le monde agricole, 35 acteurs (producteurs, transformateurs, commerçants et financiers) du secteur ont été décorés officiers et chevaliers de l'ordre du mérite agricole par le Premier Ministre, Komi Selom KLASSOU.

Le PM Klassou décourant les acteurs agricoles

"Grâce à vos efforts sans relâche, vous avez contribué à hisser notre cher pays le Togo dans une nouvelle dimension avec des perspectives plus grandioses surtout avec une dynamique de promotion de l'entrepreneuriat et de l'agroalimentaire sur le plan national," exprime le premier ministre. 

Il a profité de l’occasion pour rendre un vibrant hommage aux braves producteurs et productrices qui selon lui, ont très tôt compris la vision du chef de l'État, Faure Gnassingbé en ce qui concerne la sécurité alimentaire et la nécessité de faire de l'agriculture le moteur de la croissance inclusive.

"Chers partenaires du secteur privé, le choix de promouvoir sur le plan international les filières à hautes valeurs ajoutées comme le sésame, le manioc, la noix de cajou, la noix de karité, le café, le cacao permet de valoriser l'immense potentiel agricole dont regorge notre pays," justifie le PM.

Pour sa part, le ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique, Noël Koutéra BATAKA a énuméré les différentes mesures prises par le gouvernement afin de répondre aux attentes des acteurs du secteur agricole tout en créant un environnement favorable pour la promotion des affaires.

Lire aussi : ‘Des contrats commerciaux seront signés séance tenante’

L'optimisation des performances du secteur agricole aujourd'hui passe entre autre par la mise en œuvre d'un certain nombre de mesures.

Le ministre BATAKA a cité entre autres la valorisation de la carte de fertilité des sols ;  la promotion de l'agriculture biologique dans la mesure du possible ; la mise en place d'une démarche qualité de certification et labélisation pour positionner les produits togolais sur les marchés de niche ; le recensement et la mise en  valeur des terres agricoles pour valoriser l'avantage  de ces principaux  facteurs de production ; la mise en œuvre des produits d'appui à la maitrise de l'eau et de l'énergie au service du secteur agricole ; l'opérationnalisation des dispositifs assurantiels et de la couverture sociale  au profit du monde paysan etc.

Avec un poids de 40% dans le PIB et offrant d’emploi à plus de 60% de la population, l’agriculture togolaise occupe une place de choix dans l’économie et c’est à ce titre qu’elle demeure un des piliers essentiels du PND 2018-2022 précisément dans son axe2. 

Votre avis